L'édito

mai 2019

par Julie Bertuccelli,
autrice, réalisatrice, présidente de la Scam

« … Au temps présent, qu’est-ce qu’on peut partager ? Des histoires », disait notre immense et regrettée Agnès Varda, Œil d’Or 2017 avec JR pour leur Visages-Villages. L’Œil d’Or, ce sont des histoires du monde qui d’année en année permettent de partager le destin d’un président chilien, des pépites de cinéma brésilien ou encore la cruelle épopée d’une famille palestinienne. Les films-lauréats constituent un miroir aux brillantes et multiples facettes de cet art majeur et protéiforme qu’est le documentaire. Il renvoie le regard libre et curieux des cinéastes aux prises avec la réalité du monde qu’ils observent, éprouvent, rêvent, immortalisent, interrogent sans relâche, avec compassion, humour et amour, colère et doutes, pour mieux le comprendre, le digérer et pourquoi pas espérer l’améliorer. Quelle histoire touchera cette année le cœur et l’âme du jury parmi ces films venus du monde en entier et réunis à Cannes ? C’est en tout cas la promesse d’un extraordinaire voyage dans l’espace et le temps. 
Agnès avait raison. C’est d’abord une histoire de partage. J’aurais tant aimé qu’elle soit là pour partager avec nous.