Coup de rabot budgétaire sur l’audiovisuel public : une ambition comptable

Publié le mardi 24 juillet 2018




Audiovisuel et cinéma, Communiqué, Action Professionnelle, Actu1


La Scam fait part de sa profonde inquiétude face aux réductions budgétaires drastiques imposées par le Gouvernement à l’audiovisuel public et à la suppression de France Ô annoncée à la suite de celle de France 4.

France Télévisions (FTV), Radio France, Arte, l’Ina et l’ensemble des services de l’audiovisuel public représentent de longue date le pilier fondamental de la création audiovisuelle française. Le service public a un rôle primordial en proposant des œuvres de qualité, singulières et novatrices et une information affranchie des pressions commerciales, qui permet à de nombreux auteurs de pratiquer leur métier. 

Au-delà du principe-même d’une réduction budgétaire, la Scam s’interroge sur la cohérence des annonces successives du gouvernement : des obligations relatives à la stratégie de la société FTV et à sa politique éditoriale ont conduit à demander très en amont la sécurisation du budget consacré à la création (560 millions d’euros) et un investissement annuel considérable dans le numérique (150 millions annuels jusqu’à 2022), avant que ne soient annoncées des mesures d’économies qui paraissent incompatibles.

En outre, parce que les rétributions en droit d’auteur sont assisses sur les chiffre d’affaires de ces sociétés, les auteurs, et avec eux l’avenir de la création télévisuelle française, se trouvent directement affaiblis par ces mesures.

Enfin, la suppression de France Ô, que l’on cherche à compenser par davantage de sujets ultra-marins sur les antennes généralistes de FTV, risque de priver le groupe d’une partie de sa mission première à savoir s’adresser à  la société française dans son ensemble. 

Ce projet de réforme au rabais, qui se distingue par son manque d’ambition et de cohérence, jette des bases incertaines pour refonder un service public de l’audiovisuel de qualité, à l’avant-garde de la création et de plain-pied dans l’univers numérique. Réduire les moyens alloués à l’audiovisuel public est une aberration face à des géants de la SVOD comme Netflix, qui bénéficient de budgets sans commune mesure.
Contact presse  
Astrid Lockhart 
01 56 69 64 05  
06 73 84 98 27 
astrid.lockhart@scam.fr

Télécharger le communiqué