Une journée consacrée à la rétrospective des 10 ans de Brouillon d’un rêve

Depuis plus de dix ans, la Scam aide les auteurs à écrire, concevoir et réaliser leurs projets en attribuant des bourses d’aide à la création. Chaque année, les Etats généraux du documentaire sont l’occasion de découvrir une sélection des derniers films « Brouillon d’un rêve ».

En une dizaine de films projetés puis un débat réunissant les auteurs, le public suivra une rétrospective des « rêves » réalisés à l’air libre, du journal intime à l’histoire contemporaine, du proche au lointain et mille façons de regarder le monde. Une sélection sur 12 années d’aide à l’écriture.

10 h > Le ciel dans un jardin
de Stéphane Breton
2003 – 62′ – Les Films d’ici, Arte France
Récit, par une voie intérieure, du dernier voyage dans un pays lointain (une petite vallée des montagnes de Nouvelle-Guinée) où le narrateur (un ethnologue) se rendait régulièrement depuis longtemps et où les circonstances l’empêchent malgré lui de revenir. Un récit nostalgique sur la poésie des petites choses, à l’opposé du film ethnographique et du reportage exotique.

11h > La vie comme elle va
de Jean-Henri Meunier
2003 – 93’ – Galatée films, Arte France, Odyssée
Un chef de gare surréaliste, une centenaire qui chante l’Internationale, un poète de la mécanique, un paysan voyageur, un retraité à la coule… Jean-Henri Meunier filme la vie de quelques habitants de Najac. La Vie comme elle va est un conte rural, poétique, libre et désordonné, qui révéle la réalité décalée de ce petit coin de campagne aveyronnaise.
projection suivie d’un débat

13 h 15 > pause

14 h 30 > Demain et encore demain
de Dominique Cabrera
1997 – 80’ – Ina
Entre le je et le nous, entre l’amour et la psychanalyse, entre sa mère et son fils, une femme d’aujourd’hui. Avec un camescope, pendant presque un an, Dominique Cabrera filme la naissance de l’amour, les élections et la dépression, le soleil par la fenêtre, les vacances et les gens dans le métro… C’est en lui cherchant un sens, qu’elle reprendra goût à la vie, comme si elle reconstituait le puzzle en faisant du cinéma, jusqu’à l’apparition de ce qu’il faut bien appeler le bonheur.

15h45> Lettres à Francine
de Fouad Elkoury
2002 – 43’ – Et Alors Productions, Maison Européenne de la Photographie
Documentaire de création, ce film raconte un voyage en Turquie, avec en filigrane, le récit d’une maladie qui s’est déclarée à la fin de ce voyage. Le film est principalement composé de photos noir et blanc prises en Turquie, accompagnées d’une voix off racontant le voyage.

projection suivie d’un débat

16 h 50 > Les joints des mines sont plus étanches que les chambres à air de nos vélos
de Isabelle Quignaux
1993 – 55′ – IO Production
Cambodge : un accord de paix est signé ; bien loin de Phnom Penh, Cheng Mean Chey est un petit village comme les autres et les villageois y vivent au rythme de la nature et des événements… Vingt ans de guerre, de haines fratricides, de famine et d’exil y ont laissé des traces indélébiles. Tant bien que mal, la vie quotidienne s’organise avec en toile de fond, la menace permanente des attaques des kmers rouges et l’omniprésence des mines.

18h > Ma Famille américaine
de Robert Bozzi
2000 – 57’ – JBA Productions
Margery-Ethel et Ray-Gene avaient 16 ans quand ils se sont mariés.
Neuf mois plus tard naissait Margy-Ray, l’aînée de leurs 10 enfants.
Peut-on penser que Margery-Ethel a le sens de la mesure, elle qui s’est arrêtée à 10 enfants alors que « Doc » William-Perry, son père, en avait
déjà 11 d’un premier lit quand il a entrepris avec la jeune Margery-Lela, de donner 10 frères et sœurs à Margery-Ethel ?…

projection suivie d’un débat

19 h 30 > One of many (Une parmi tant d’autres)
de Jo Béranger et Doris Buttignol
2003 – 95’ – Lardux films, Arte ZDF
Sally est une jeune femme autochtone originaire de la réserve de Lower Post située à la lisière du Yukon. Très jeune, Sally a été enlevée à sa mère pour être placée dans une famille d’accueil très loin de sa communauté d’origine. Parvenue à l’âge adulte et devenue elle-même mère, elle reconstitue difficilement l’histoire de sa famille dont tous les membres ont été dispersés. Aujourd’hui, elle cherche à comprendre pourquoi et comment tout cela est arrivé.

Cette journée s’achèvera avec une soirée spéciale en hommage à Pierre Dumayet, lauréat du Prix Scam 2004 pour l’ensemble de son œuvre audiovisuelle</p ></p ></p >