Communiqué du 15 novembre 2004.

Les auteurs et les réalisateurs français tiennent à exprimer leur profonde émotion face à l’assassinat le 2 novembre dernier du cinéaste néerlandais Théo Van GOGH.

Les auteurs et réalisateurs souhaitent dénoncer cet assassinat et réaffirmer avec vigueur leur attachement à la liberté individuelle sous toutes ses formes, liberté de pensée mais aussi liberté d’expression, sans lesquelles la liberté de création ne saurait même pas exister.

Il est essentiel de défendre, aujourd’hui plus que jamais, la liberté d’expression dans un monde où les paroles et les images sont considérées par certains comme des armes et leurs créateurs comme des criminels, dans un monde où chaque jour davantage un créateur peut être attaqué pour les opinions qu’il professe.

Il n’est pas anodin que cet assassinat ait visé un cinéaste dans la mesure où le cinéma joue un rôle essentiel de contre pouvoir.

Les œuvres de Théo Van GOGH ne doivent pas être jugées à l’aune de leur véracité mais bien plutôt à celle de leur force contestataire, la possibilité d’exprimer librement des points de vue critiques étant le principe intangible qui fonde une démocratie.

L’ARP, la SACD, la SCAM et la SRF effectueront l’ensemble des démarches nécessaires afin que ce texte soit lu ou affiché dans les salles de cinéma et dans les lieux de festivals dans les semaines à venir.