La Scam organise au FIPA 2004, une rencontre autour de six projets d’auteurs en recherche de production et de diffusion.

« L’évolution générale de la situation du documentaire dans notre pays est, depuis quelques années, caractérisée par la domination croissante d’un modèle industriel où la nature des programmes est largement déterminée par la logique du marketing : le choix des sujets, leur forme et jusqu’à leur écriture, appartiennent de moins en moins aux auteurs et font l’objet de perpétuelles négociations où les auteurs sont en position de faiblesse face au pouvoir des diffuseurs souvent relayé par les producteurs.
Face à cette situation, où la télévision apparaît de plus en plus comme une télévision de diffuseurs et les auteurs réalisateurs comme des façonniers il s’agit pour la Scam de travailler à inverser la tendance et de renforcer le rôle de proposition et d’initiative des auteurs.
Ce sont, en effet, les films d’initiative personnelle qui constituent potentiellement la meilleure alternative à la télévision des diffuseurs parce qu’ils sont portés par un désir et un regard qui échappent par définition aux normes consensuelles dégagées par le marketing à partir de la connaissance supposée des goûts du public ».
Sylvain Roumette.

Pour compléter son action d’aide à la création et de soutien aux auteurs, la Scam organise, pour la première fois, une opération destinée à faciliter le contact entre les auteurs et les diffuseurs et/ou les producteurs au sein du Fipa, principale manifestation de l’audiovisuel en France.

Six auteurs en recherche de production et de diffusion, présentent leurs projets de documentaires lors d’une rencontre animée par Françoise Wolff, présidente de la Scam Belgique et Sylvain Roumette, membre de la commission du répertoire audiovisuel.