La réalisatrice Tania Rakhmanova représente la Scam au sein du jury des Prix Traces de vies, hors frontières et création.

Se laisser regarder, interpeller par le monde, c’est la proposition du cinéma documentaire. Cette semaine est une invitation à se « désoccidentaliser » un peu, au moins le temps d’une rencontre avec des films qui parlent de logiques différentes des nôtres : de l’Équateur au Congo, de la Tunisie à l’Inde, de bien d’autres lieux, territoires et espaces communs; ailleurs.

La 26e édition du festival traces de vies nous promet un voyage culturel avec la projection de 90 films, dont 44 sont en compétition, autour de deux thématiques :

– L’argent : les appâts du gain. L’argent, bon serviteur mais mauvais maître.
– Animalement vôtre. Qui regarde l’autre, l’homme ou l’animal ?

Plusieurs sections nous présenteront ces différents sujets :

> Regard documentaires hors frontières nous fera encore une fois voyager en présentant des films tournés à l’étranger : regard sur la vie des sociétés, des cultures ; phénomènes politiques ou historiques ; enjeux de l’économie et de la mondialisation ; questions environnementales.
> Un monde sensible tournera autour de portraits, de la vie sociale proche, de petits groupes : de la famille à l’entreprise, et d’expressions artistiques, culturelles singulières.
> Premier geste documentaire permettra aux jeunes réalisateurs de trouver un accueil attentif à une première diffusion et à un futur parcours professionnel.
> Un juste regard social rassemblera des réalisations attachées à des questions sociales: des vulnérabilités provisoires ou durables, des précarités sociales ou personnelles, des dispositifs d’accueil ou d’accompagnement, des trajectoires qui sont toutes singulières.

La leçon de cinéma avec Claire Atherton
« Le fait d’inviter cette fois une monteuse et non une ou un cinéaste permettra de se situer à nouveau dans le processus de création mais à une autre place. Cette étape est l’heure du choix décisif, plus encore pour le cinéma documentaire où il s’agit souvent de « trouver le film » à la table du montage, particulièrement son récit et son rythme… »

Rencontre professionnelle – Produire un cinéma documentaire équitable avec Lumière du monde
Cette coopérative internationale de producteurs indépendants défendant le documentaire de création à la télévision et au cinéma a élaboré une charte de coproduction équitable qui garantit le respect de la propriété intellectuelle, le droit d’auteur, un partage équitable de la propriété industrielle et le statut des producteurs délégués.

Séances spéciales
La permanence d’Alice Diop avec ARTE actions culturelles ; sur le thème de l’argent avec Images de la diversité et leCGET ou un ciné-discussion à Vic-le-Comte avec Cinéparc et les Amis de la Comté républicaine ; plongée dans le hip hop avec la Comédie de Clermont-Ferrand et la compagnie Mourad Merzouki ; retour du documentaire radio avec l’Onde porteuse.

Retrouvez le programme complet sur le site du festival