Elle était frêle mais pas fragile. Elle ne baissait jamais les yeux, se tenait toujours droite.
Une flèche rousse, un feu follet, une force, radieuse et généreuse. Avec le cinéaste Joris Ivens, son grand amour, elle voulait déplacer des montagnes : celles de l’ignorance, de la bêtise, du colonialisme, de l’antisémitisme.

Marceline Loridan-Ivens, née Rozenberg, était revenue du néant. Dès lors, sa vie et son œuvre se sont confondues en un puissant, émouvant et permanent témoignage. Elle était devenue une des figures de proue du cinéma vérité aux côtés de Jean Rouch, d’Edgar Morin, de Frederick Wiseman…

Militante acharnée et infatigable de la dignité humaine, réalisatrice, écrivaine, femme d’exception et de contradiction, les auteurs et les autrices de la Scam saluent respectueusement sa mémoire. Marceline Loridan-Ivens a rejoint pour toujours les ombres de sa « Petite Prairie aux bouleaux ». Puisse son témoignage être raconté, enseigné, transmis aux nouvelles générations…


contact presse

Astrid Lockhart
01 56 69 64 05
06 73 84 98 27
astrid.lockhart@scam.fr


Entretien avec Marceline Loridan-Ivens et Jean-Pierre Sergent après la projection du film Algérie, année zéro – Cinéma du Réel 2010,
réalisé par des étudiantes du Master Documentaire d'Aix-Marseille (Lucie Lemaitre-du-Mesnildot, Nadège Labé et Laure Dieudonné)