Les prix sonores de la Scam récompensent dans leur diversité les plus belles écritures radiophoniques. Cette mise en lumière encourage les plus jeunes et rend hommage aux autrices et auteurs confirmés. Ils seront remis aux trois lauréats, en ouverture de la Nuit de la radio, le jeudi 16 juin à la Scam.

Le Prix de l’ensemble de l’oeuvre radiophonique décerné à Jean Daive

Né en 1941 dans les Ardennes, Jean Daive est encyclopédiste, reporter, photographe, romancier, poète, homme de radio et directeur de revues. Il a publié plus de quarante livres et il est traducteur de l’allemand et de l’anglo-américain. C’est en 1975 qu’il entre à France Culture, participant aux Nuits Magnétiques dès leur création en 1978, ainsi qu’à la plupart des programmes de la chaîne confiés aux producteurs tournants, du Pays d’ici à À voix nue, en passant par les émissions spéciales de longue durée comme Un rêve américain, Franz Kafka, William Faulkner-Mississipi, Dylan Thomas. Son oeuvre radiophonique comprend de nombreux Grands Entretiens avec, entre autres, Julien Gracq, Jorge Luis Borges, Jean-Luc Godard, Jean-Marie Straub, Francis Ponge, Christian Boltanski, Marguerite Duras, James Baldwin, Robert Rauschenberg.

Jean Daive, Prix de l’ensemble de l’oeuvre radiophonique 2022 - Photo Benjamin Géminel / Hans Lucas

Le Prix de l’oeuvre sonore de l’année décerné à Péroline Barbet-Adda
pour Piste animale

52’13 – diffusion le 1er mars 2021, sur la RTBF La 1ère (Par Ouï dire)

Piste animale est un bestiaire subjectif et sonore. Un chassé-croisé intemporel humain/animal, avec un gonflement du réel, un effet de décalage, d’amplification et d’exagération.
Ce sont des histoires à suspens, où l’on arrive ou trop tôt, ou trop tard. Elles racontent ces bêtes qui résonnent dans le bois, ces oiseaux qui s’envolent vers les derniers confins, ou ces petits animaux qui rampent en lisière.
Que l’on entend, sans voir. Que l’on espère, sans vanité. Que l’on connaît à peine.

Péroline Babet-Adda est réalisatrice, créatrice sonore et productrice déléguée pour la radio et différentes structures patrimoniales. Elle assure la production artistique de disques et réalise des documentaires radiophoniques pour France Culture. Elle travaille notamment sur les musiques populaires et traditionnelles et ses productions mêlent archives, collectages et créations sonores. Sa démarche s’ancre dans une recherche ethnologique.

Péroline Barbet-Adda, Prix de l’oeuvre sonore de l’année 2022 - Photo Benjamin Géminel / Hans Lucas

Le Prix Découverte sonore décerné à Hajer Ben Boubaker
pour Une histoire du Mouvement des travailleurs arabes

4 x 55’ – diffusion du 18 au 21 octobre 2021, sur France Culture (LSD)

Pour cette série documentaire, Hajer Ben Boubaker replonge dans l’histoire méconnue de l’une des pierres angulaires des luttes antiracistes et sociales de la France, celle du mouvement des travailleurs arabes. Première organisation antiraciste autonome, le MTA et ses membres ont jalonné les luttes des années 1970 portant au cœur du débat public l’égalité entre immigrés et français. À l’heure du débat vivace autour de l’antiracisme, cette série propose de mettre en lumière l’histoire d’une décennie méconnue, entre la fin de la guerre d’Algérie et la marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983.

Diplômée en Histoire et Sciences Politiques de la Sorbonne et du Master Genre, Politique et Sexualité de l’EHESS, Hajer Ben Boubaker est actuellement chercheuse indépendante. Elle s’intéresse à l’histoire des musiques arabes et des luttes ouvrières de l’immigrations nord-africaine ainsi qu’aux politiques migratoires européennes et leurs influences dans les pays de la rive sud de la méditerranée. Elle est créatrice du podcast Vintage Arab qui interroge la place des transmissions culturelles et politiques en diaspora et qui s’attache à se réapproprier un patrimoine.

Hajer Ben Boubaker, Prix Découverte sonore 2022 - photo Benjamin Géminel / Hans Lucas

Contact presse

Astrid Lockhart – 06 73 84 98 27 – astrid.lockhart@scam.fr