Rendez-vous dimanche 5 juin pour une après-midi de rencontres et de projection consacrées au grand écrivain-reporter Joseph Kessel au festival Étonnants Voyageurs. La Scam y remettra son Prix Joseph Kessel 2022.

14h : Remise du Prix Joseph Kessel 2022

Le jury est présidé cette année par Olivier Weber et composé de Tahar Ben Jelloun, Catherine Clément, Annick Cojean, Colette Fellous, Pierre Haski, Isabelle Jarry, Michèle Kahn, Pascal Ory, Guy Seligmann et Jean Rolin (lauréat 2021).

14h45 : Rencontre l’Europe des écrivains

Alors que la Russie attaquait l’Ukraine, nombreux ont été les écrivains à prendre la plume. L’Europe est le fruit d’une longue histoire faite d’affrontements et de flamboiements à travers lesquels se sont inventées des valeurs, une certaine idée de l’homme et de l’art. Nous sommes, tous, les héritiers de Rabelais, Dante, Cervantès, Shakespeare, Goethe ou Hugo.
Quel rôle la littérature joue-t-elle dans la construction de cette patrie commune ?

Débat animé par Pierre Haski en présence de Andreï Kourkov, Javier Cercas, James Meek et Olivier Weber.

16h : Projection de The distant Barking of Dogs de Simon Lereng Wilmont

Danemark – 2017 – 90′ – Final Cut for Real

Oleg, 10 ans, vit avec sa grand-mère Alexandra à Hnutove, à 2 kilomètres de la ligne de front du Donbass, où s’affrontent depuis 2014 l’armée ukrainienne et les séparatistes prorusses. ‘Nous appartenons à cette terre. Nos âmes sont enracinées dans cette maison’. Alors que le village s’est peu à peu vidé de ses habitants apeurés, Alexandra n’envisage pas d’abandonner son foyer, même si elle doit constamment occuper ses mains pour ne pas trembler.

(suite…)

Tout d’abord, la Scam tient à saluer chaleureusement Roselyne Bachelot Narquin pour son engagement et son soutien précieux à la création et aux créateurs dans un contexte inédit et difficile.

La Scam félicite aujourd’hui Madame Rima Abdul-Malak pour sa nomination rue de Valois conseillère culture et communication d’Emmanuel Macron depuis 2019, sa connaissance des questions relevant de la création culturelle et son appui en faveur du régime social et fiscal des artistes-auteurs plaident en sa faveur. Nous lui souhaitons plein succès dans son action en espérant qu’elle pourra agir sur le long terme au sein d’un ministère plus pérenne que les précédents.

Les enjeux auxquels notre secteur, dans son ensemble et dans sa diversité, doit faire face aujourd’hui sont nombreux et il existe un nombre de dossiers qui méritent une attention particulière.

En premier lieu, Mme Abdul-Malak doit être en mesure de peser sur le débat qui s’ouvre sur le financement de l’audiovisuel public après la décision précipitée et malvenue du Président de la République de supprimer la redevance sans aucune mesure pour pallier sa disparition. Le service public a besoin d’un financement stable et pérenne, sans être soumis aux aléas de la conjoncture politique. Il est impératif que la nouvelle ministre s’engage fortement au sein du nouveau gouvernement tant auprès de la Première Ministre que du Président Macron et de Bercy. Nous attendons, de toute urgence de la ministre, des garanties sur la pérennité de l’audiovisuel public, ses moyens, son indépendance. Ses premiers mots vont dans le bon sens, nous attendons des actes.

En deuxième lieu, nous comptons sur la nouvelle ministre pour poursuivre, comme elle a su le faire à l’Elysée, une action volontariste pour améliorer la protection sociale d’auteurs et d’autrices en proie à une précarisation préoccupante. La défense de justes rémunérations et le partage de la valeur, au cœur notamment des négociations avec les éditeurs, méritera toute son attention.

Enfin, nous attendons de Mme Abdul-Malak dans le droit fil du précédent quinquennat un soutien sans faille en France comme en Europe qu’il s’agisse du droit d’auteur, du financement de la création ou de la défense de la liberté d’informer et de la lutte contre les infox. Sur ce dernier point il faut développer encore davantage l’éducation aux médias qui mérite de devenir une grande cause.

contact presse :

astrid lockhart – 06 73 84 98 27 – astrid.lockhart@scam.fr

La Scam soutient le programme Frames/Résidences, à destination des vidéastes et créateurs et créatrices de contenus vidéos.

N’attendez-plus et inscrivez-vous avant le 6 juin pour participer à la résidence cette année !

La résidence Frames Explorer le réel, aura lieu du 27 juin au 1er juillet prochain à Avignon. L’appel à projets est ouvert jusqu’au 06 juin.

La résidence aura pour objectif d’accompagner la préparation et le développement de projets documentaires ou de vulgarisation, unitaire ou sériel.

Ponctuée d’ateliers, de sections de travail autour de la création (écriture, réalisation, etc.), de la production (comment financer, avec quels partenaires), et de la présentation de projet (pitch oral et vidéo) ; la résidence est aussi un moment de rencontre et d’échange entre créatrices ou créateurs émergents ou confirmés.

Les huit résidents sélectionnés seront entourés de deux mentors et d’intervenants, tous professionnels de l’audiovisuel, ainsi que des partenaires (YouTube, CNC/Talent, Guilde des Vidéastes…).

Créée en 2020, Frames/Résidences est un programme de résidences destiné à accompagner des créateurs dans le développement de leurs projets vidéos.

Projection du film documentaire de Corinne Falhun. Retransmis en direct sur le site de la Scam.

Rémi Lainé, président de la Scam,
Corinne Falhun et Les Films d’un jour,
ont le plaisir de vous inviter à la projection du film documentaire

Aussi loin que mon regard se portera
de Corinne Falhun

2021 – 52′ – produit par Les Films d’un jour avec la participation de Docs TV et de France 3 Pays-de-la-Loire

Alban a 44 ans. Il est atteint de rétinite pigmentaire et traverse ce moment angoissant qu’on appelle la conversion, la perte de la vision progressive et inévitable. Comment accepter l’inacceptable ? Petit à petit, Alban apprend à éprouver une autre dimension corporelle, laquelle passe par le tactile, le sonore et le mémoriel. Le film raconte son cheminement introspectif et intime ; de l’introversion à sa perception sensorielle exacerbée de la nature et des éléments, vers une forme de plénitude. 

Projection du film documentaire de Isabelle Ros, lauréate de la Bourse « Brouillon d’un rêve » de la Scam. Retransmis en direct sur le site de la Scam.

Rémi Lainé, président de la Scam,
Isabelle Ros et Les Films de l’oeil sauvage,
ont le plaisir de vous inviter à la projection du film documentaire

Bernard, Albert et l’Empereur
de Isabelle Ros

2020 – 60′ – produit par Les Films de l’œil sauvage, Bip TV, France 3 Centre-Val de Loire

Bernard Belluc est fou de Napoléon mais surtout d’Albert Dieudonné qui incarna l’Empereur dans le film mythique d’Abel Gance en 1927. En 2019, Napoléon aurait eu 250 ans, Albert 130 ans et Bernard a fêté ses 70 ans. Un «parfait alignement des planètes» qui a décidé notre héros, co-fondateur du Musée International des Arts Modestes de Sète (MIAM), à rendre hommage à ses deux idoles. Une aventure audacieuse et poétique à la découverte d’un chef-d’œuvre du cinéma et de son acteur de génie.

Rémi Lainé, président de la Scam,
Gérald Caillat et Idéale Audience,
ont le plaisir de vous inviter à la projection du film documentaire

Les arpenteurs de l’espace
de Gérald Caillat

2022 – 58′ – Une coproduction Idéale Audience et ARTE France avec la participation du CNC le soutien de la Procirep et de l’Angoa et de MEDIA – Programme de l’Union Européenne

Les nouveaux aventuriers de l’espace à la recherche de traces de vie aux confins du système solaire. Ce film raconte leur labeur, leurs espoirs, leur quête.

Rémi Lainé, président de la Scam,
Anush Hamzehian et Vladimir Donn,
ont le plaisir de vous inviter à la projection du film documentaire

Changer de rôle
de Anush Hamzehian

2022 – 56′ – produit par Bo travail -France Télévisions

L’Oiseau-Mouche existe depuis 1978. C’est à Roubaix. C’est une compagnie de théâtre composée de vingt comédiennes et comédiens permanent.e.s en situation de handicap mental. Changer de rôle esquisse un portrait de la compagnie et raconte les répétitions du spectacle Bouger les lignes, à Roubaix, puis sa création au Festival In d’Avignon.

Cette année, 25 films documentaires sont présentés au Festival de Cannes dont 18 films en compétition pour l’Œil d’or – Le Prix du documentaire. L’occasion pour la Scam de saluer le cinéma documentaire  du 17 au 28 mai,  avec des rencontres professionnelles et la remise du Prix 2022.

L’Œil d’or – Le Prix du documentaire 2022

Ce Prix, créé par la Scam avec la complicité du Festival de Cannes en 2015, récompense un film présenté dans les sections cannoises : Sélection officielle (Compétition, Un Certain Regard, Hors compétition et Séances de Minuit, Séances Spéciales, Courts métrages, Cannes Classics), Quinzaine des Réalisateurs et Semaine de la Critique.
Le jury présidé par Agnieszka Holland et composé de Iryna Tsilyk, Pierre Deladonchamps, Alex Vicente et Hicham Falah décernera son Prix  samedi 28 mai à 11h au Salon des Ambassadeurs.

L’Œil d’or figure désormais sur la liste officielle des prix éligibles à la catégorie long-métrage documentaire de l’Académie des Oscars.

Rencontre Pro de l’Acid en partenariat avec La Scam

Lundi 23 mai à 15h30
Entre audiovisuel et cinéma, quels choix de production pour les documentaristes ?

Loin de leurs pratiques, dès l’écriture, les cinéastes documentaires sont confrontés à un choix de production : œuvre cinéma ou œuvre audiovisuelle ?

Une rencontre modérée par Hervé Rony (Scam), en présence des cinéastes Julie Bertuccelli (sous réserve) et Reza Serkanian, et de Fabrice Puchault (ARTE). 

Temps forts de la Scam au Doc Day, mardi 24 mai

Le Doc Day est organisé par Cannes Docs-Marché du Film, avec le soutien de Doc Alliance et Participant, et en association avec l’Œil d’or, DAE – Documentary Association of Europe, le CNC, l’ACID et Unifrance.

Rencontres créatives vers l’inconnu – Réaliser Polaris de Ainara Vera (ACID Cannes 2022)

L’histoire de deux sœurs, Hayat et Leila, dont les vies opposées vont se réunir à l’occasion de la naissance d’un enfant. Une histoire de famille et de résilience, avec l’Arctique pour toile de fond.
Une rencontre animée par Marion Schmidt (Co-fondatrice de DAE) en présence de la réalisatrice Ainara Vera et des producteurices Clara Vuillermoz (Point du Jour – Les films du Balibari) & Emile Hertling Péronard (Ánorâk Film).
Le film, lauréat de la bourse brouillon d’un rêve de la Scam et de l’IdfaAcademy,  sera projeté en clôture du DocDay.

Entretien avec Agnieszka Holland

La cinéaste et présidente du Jury de l’Œil d’or 2022 échangera avec Pauline Durand-Vialle (Directrice générale de la Fédération européenne des réalisateurs d’écran).

Le jury décerné à l’issue de la Soirée Tendances 2022 le Prix Scam de L’Œuvre institutionnelle à Alexandra Kandy Longuet pour Chasser les dragons et une mention spéciale à Louise Touron pour Rayon X.

Prix de L’Œuvre institutionnelle 2022

Chasser les dragons d’Alexandra Kandy Longuet

59’11 – 2021 – Dérives

Refuge inespéré fait de préfabriqués au cœur d’une cité ardente, la salle de consommation est ouverte chaque jour de l’année. Car il en est de certaines choses qui ne connaissent ni répit, ni repos, ni trépas. On y revient encore et encore car ici, enfin, on est quelqu’un.

Biographie

Diplômée de l’École Nationale Supérieure d’Arts de Paris-Cergy et de l’Université de Paris III, Alexandra Kandy Longuet participe à plusieurs expositions avant de partir pour l’Argentine. Elle se forme ensuite au cinéma en Belgique. As she left, son premier film, reçoit le Grand Prix du Festival Message to Man et est sélectionné dans de nombreux festivals. Elle est lauréate en 2017 d’une Étoile de la Scam pour Nouvelle-Orléans, laboratoire de l’Amérique. Son dernier long-métrage Vacancy reçoit le prix du meilleur documentaire international au Festival de Jihlava en 2019 et une Étoile de la Scam en 2020. Elle réalise également des documentaires radio, pour la RTBF et France Culture.

Mention spéciale

Rayon X de Louise Touron

2’50 – 2021 – Médecins Sans Frontières – Gobelins, l’école de l’image

Une machine à rayon X utilisée par les médecins de MSF parle à travers des radiographies, des blessures et des fragments d’histoires.

Biographie

Née au Cambodge et ayant grandi en Chine avant de finir sa scolarité en France, Louise Touron est une designer graphique numérique touche à tout, fraîchement diplômée des Gobelins en Motion Design, après avoir étudié à l’ENSAAMA Olivier de Serres.

Le jury était composé de :

Stéphan Moszkowicz (lauréat du prix 2021 pour Au cœur du management), Brigitte Bouillot, Gilles Cayatte, Aymeric Colletta et Caroline Swysen.


Le Festival Les Étoiles du documentaire est de retour à Marseille au Cinéma Vidéodrome 2. Au programme : projection de sept documentaires étoilés en 2021 en présence de leurs auteurices, une masterclass et enfin une table ronde professionnelle. Entrée libre.

Des projections seront également organisées pour les détenus du centre pénitentiaire des Baumettes (non ouvertes au public) en partenariat avec l’association Lieux Fictifs.

Jeudi 9 juin

à 17h30 et 20h30 (Vidéodrome 2) : Khamsin de Grégoire Couvert et Grégoire Orio

France – 2019 – 65′ – Stank

Liban, de nos jours. Les traces de la guerre civile sont encore prégnantes. La corruption des partis gouvernementaux se fait de plus en plus insoutenable. Les corps se soulèvent. Les mots se heurtent. Des musiciens venus de différents horizons, issus de la scène d’improvisation libre de Beyrouth, branchent leurs instruments et les font résonner de toutes parts. Au détour de sessions musicales et de discussions à cœur ouvert, le film explore un territoire en perpétuelle tension, où la musique se donne autant comme geste politique que comme dernier refuge.

Vendredi 10 juin

à 14h : Masterclass sur le travail des cinéastes Manon Ott et Grégory Cohen (De cendres et de braises). Animée par Jean Boiron-Lajous.

à 18h (Vidéodrome 2) : Invisibles, les travailleurs du clic de Julien Goetz et Henri Poulain

France – 2020 – 88′ – Story Circus

Facebook, Google, Amazon, Deliveroo, Uber Eats, Airbnb, Tinder… Ces applications rythment notre quotidien et facilitent nos existences. Elles répondent instantanément, « comme par magie », à nos besoins, nos envies, nos désirs. Jusqu’à nous faire oublier que, derrière ces applications se cachent des milliers de femmes et d’hommes qui travaillent jour et nuit à les faire fonctionner. Cette série plonge dans le quotidien de ces petites mains du numérique.

à 20h30 (Vidéodrome 2) : Ayi de Marine Ottogalli et Aël Théry

France – 2019 – 69′ – Ana Films, Alsace 20

Ayi a 50 ans, des yeux rieurs, des cheveux qui lui tombent en bas du dos. Elle vient d’une province rurale de l’est de la Chine et n’a pas le permis de résident pour travailler légalement à Shanghai. Pourtant depuis vingt ans, elle cuisine dans la rue, au cœur d’un quartier voué à une destruction imminente. Ayi et les femmes qui l’entourent bataillent pour gagner leur vie et éviter les Chengguan, la police municipale. Elle incarne le chaos d’une cité ultra-moderne qui œuvre à l’expulsion d’une population non désirée.

Samedi 11 juin à 10h

Table ronde – Le documentaire, de la plateforme à la salle, en passant par les écrans

Animée par Bénédicte Hazé avec Violaine Harchin (Les Alchimistes, société de distribution), Thomas Ordonneau (Shellac, société de distribution / production), Dominique Renauld (Noozy, plateforme VOD de la région Grand Est), Lisa Reboulleau (Tangente Distribution), Alexander Knetig (Arte, responsable des éditions numérique), Amalia Escriva (responsable territoires et création Scam).

à 18h (La Baleine) : Ne croyez surtout pas que je hurle de Frank Beauvais

France – 2018 – 75′ – Les Films du Bélier, Les Films Hatari, Studio Orlando

Bourse Brouillon d’un rêve de la Scam

Janvier 2016. L’histoire amoureuse qui l’a amené dans le village où il vit est terminée depuis six mois. À 45 ans, le cinéaste se retrouve seul depuis la rupture, en plein cœur d’une nature luxuriante dont la proximité ne suffit pas à apaiser le désarroi dans lequel il est plongé. La France, sous le choc des attentats de novembre, est en état d’urgence. Il étouffe d’une rage contenue. Perdu, il visionne quatre à cinq films par jour. Sur des plans issus de plus de 400 films, il a monté, en voix off, le récit autobiographique qui évoque ces jours sombres.

à 20h30 (Vidéodrome 2) : De cendres et de braises de Manon Ott

France – 2018 – 73′ – TS Productions, Flammes

Bourse Brouillon d’un rêve de la Scam

Portrait poétique et politique d’une banlieue ouvrière en mutation, ce film nous invite à écouter les paroles des habitants des cités des Mureaux, près de l’usine Renault-Flins. Qu’elles soient douces, révoltées ou chantées, au pied des tours de la cité, à l’entrée de l’usine ou à côté d’un feu, celles-ci nous font traverser la nuit jusqu’à ce qu’un nouveau jour se lève sur d’autres lendemains possibles.

Dimanche 12 juin

à 18h (Vidéodrome 2) : Le Temps des ouvriers de Stan Neumann et Joris Clerté

France – 2020 – 60′ – Les Films d’ici, Arte France, AB productions

Troisième épisode de la série documentaire Le Temps des ouvriers. De la fin du XIXe siècle jusqu’aux années 1930, le film explore l’évolution de la condition ouvrière en Europe. De l’apparition du travail à la chaîne à la montée du fascisme et du nazisme ; à la parole des historiens répond celle d’ouvriers d’aujourd’hui.

à 20h30 (Vidéodrome 2) : Papa s’en va de Pauline Horovitz

France – 2020 – 61′ – Squawk productions

Bourse Brouillon d’un rêve de la Scam

Pauline Horovitz filme son père depuis 2009. Dans ce nouveau chapitre doux-amer, le héros, ancien médecin « programmé » pour travailler, profite de sa retraite pour devenir acteur. En suivant les premiers pas de cette nouvelle vie émancipatrice, la fille cinéaste regarde sa créature lui échapper…