Rémi Lainé, président de la Scam,
Geneviève Anhoury, Lardux Films, Pays des Miroirs, Le Blob, Le Commissariat à l’énergie atomique et à l’énergie alternative, Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche et La Région Normandie,
ont le plaisir de vous inviter à la projection du film documentaire

Astronome Gastronome
de Geneviève Anhoury

2022 – 62′ – produit par Lardux Films et Pays des Miroirs

Astronome Gastronome est un voyage imaginaire dans l’espace-temps – au plus près des objets célestes – qui explore les notions déconcertantes qui régissent notre univers. Les images sont fabriquées avec de la nourriture mise en scène pour ressembler aux phénomènes cosmiques. Prenez place pour un voyage intersidéral dans l’espace de ma cuisine, une invitation à faire vaciller nos certitudes et nos représentations du monde.

Rémi Lainé, président de la Scam et Rob Rombout, ont le plaisir de vous inviter à une demi-journée avec au programme une table ronde et une projection.

Un livre sur un cinéaste, un film sur un auteur

17h – Table ronde

Animée par Georges Heck et présentation de l’ouvrage Rob Rombout. La mise en scène du réel. de Marc-Emmanuel Mélon, (2022, 259 pages).

19h – Projection du documentaire Sur les traces de Robert van Gulik

Un film de Rob Rombout

2016 – 87′ – produit par Off World, Zeppers Films et Mollywood).

Robert van Gulik (1910-1967) est peut-être un des auteurs néerlandais les plus lus au monde. Ce diplomate, sinologue et érudit, est principalement connu pour ses romans policiers dont le juge Ti est le héros. Ces livres sont à de nombreux égards des projections de sa propre vie, un dialogue entre lui-même et son personnage de fiction. Cette dualité est également présente dans le projet de film : réalité et fiction se confondent.

Rémi Lainé, président de la Scam,
Audrey Gloaguen et Dream Way Productions,
ont le plaisir de vous inviter à la projection du film documentaire

Les fantômes du pétrole
de Audrey Gloaguen

2022 – 71′ – produit par Dream Way Productions et France Télévisions

En France, en Allemagne et aux États-Unis, des lanceurs d’alerte mènent une traque vertigineuse : retrouver les puits de pétrole et de gaz abandonnés par l’industrie pétrolière. Ce qu’ils nous révèlent est stupéfiant : entre 20 et 30 millions de puits sont laissés pour compte sur tous les continents. Nous nous apprêtons à léguer aux générations futures des millions de fuites, une bombe écologique à retardement qui produit déjà ses premiers ravages.

Le collège auteurs (l’ATLF, la SCAM, la SGDL et le SNAC, qui représentent le Conseil permanent des écrivains, et la Ligue des auteurs professionnels) a considéré que les conditions n’étaient pas encore réunies pour que l’accord en 5 points, négocié ces derniers mois avec le Syndicat national de l’édition, soit signé le lundi 24 octobre 2022.

Cet accord, centré sur une plus grande transparence de l’information à fournir aux auteurs, ne constitue qu’une première étape de négociations plus larges incluant la question de la rémunération. Une question, selon la lettre de mission d’avril 2022 de l’ancienne ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, « inscrite aujourd’hui à l’agenda politique » et qu’aucun responsable politique ne peut ignorer.

Nous avons fourni en septembre un document de travail synthétisant nos propositions sur la rémunération. Le SNE a décidé de couper court à toute discussion sur le partage de la valeur et a balayé nos demandes, présentées comme dangereuses et déstabilisantes pour l’économie du livre. Il a repris les mêmes arguments par voie de presse, faisant donc le choix de se placer brutalement hors du cadre de discussion de la mission.

Le modèle économique actuel convient au SNE (comme le prouve le chiffre d’affaires de l’édition, en hausse constante depuis 10 ans). Il n’y a pas lieu d’en changer ou de l’interroger, parler du partage de la valeur n’a aucune raison d’être : tel est le message que les éditeurs ont fait passer aux pouvoirs publics. Or ce modèle nous est de plus en plus défavorable. La précarisation croissante des auteurs est déjà largement documentée. Il est temps de passer du constat à l’action.

Nous ne pouvons continuer à être broyés par les conditions contractuelles de plus en plus injustes, de plus en plus déséquilibrées, que nous imposent les éditeurs et qui sont une vraie dérive par rapport au Code de la Propriété Intellectuelle. La décision du SNE vide la mission d’avril 2022 de l’essentiel de son contenu et brise la dynamique de négociations impulsée par les pouvoirs publics. Le 30 septembre, nous avons écrit à la ministre de la Culture pour exprimer notre perplexité. Nous attendons aujourd’hui qu’elle confirme si la question de la rémunération des auteurs demeure une priorité inscrite « à l’agenda politique » et, si oui, de quelle manière le gouvernement entend l’aborder.

Ce prix fait la part belle à l’univers graphique et narratif et récompense un récit dessiné de fiction ou de non-fiction. Le livre doit avoir été écrit et illustré par une seule autrice ou un seul auteur.

Le jury de cette 6e édition, composé de Pierre Cornilleau, Simonetta Greggio, Pascal Ory, Lucie Quéméner (lauréate du prix 2021 avec Baume du Tigre) et Téhem (mention du prix 2021 avec Piments zoizos), a attribué le Prix du récit dessiné à

Elene Usdin pour René·e aux bois dormants (Sarbacane Éditions, 2021)

René, hyper sensible, sauvage, n’est à sa place nulle part. Ni dans l’appartement qu’il partage seul avec sa mère, femme absente, aux manières froides ; ni avec les autres enfants de son école ; ni dans cette ville canadienne trop grande. Sujet aux évanouissements, il voyage dans des mondes fantasmagoriques. Au cours de l’un d’eux, il part à la recherche de son lapin qui s’est enfui et bascule dans un monde peuplé de créatures tantôt terrifiantes ou bienveillantes. Au gré des rencontres, il devient Renée, fleur, chatte… Mais où s’arrête le rêve ?

Née en 1971 à Paris, Elene Usdin est une artiste française protéiforme qui vit entre Paris et Bruxelles. Diplômée des Arts Décoratifs de Paris, elle a été peintre pour le cinéma, illustratrice de presse et de livres jeunesse et lauréate du Prix Picto de la photographie de mode en 2006. Ses influences multiples se traduisent par une grande liberté et une forte inventivité dans son dessin. Elle séjourne régulièrement en Amérique du Nord.  Ce premier roman graphique en témoigne, s’inspirant des rafles des années 1960 dont ont été victimes les peuples autochtones du Canada.

Le Prix du récit dessiné sera remis à Elene Usdin le samedi 3 décembre à 18 heures au salon SoBD à Paris, suivi d’une séance de dédicaces le dimanche 4 décembre à 15 heures. Une rencontre avec l’autrice est également programmée dans le cadre des Jeudis de la BD, le jeudi 1er décembre à la BPI du Centre Georges Pompidou.

René.e aux bois dormants de Elene Usdin Prix du Récit dessiné 2022
Renée aux bois dromants d'Elene Usdin

Contact presse :

information, images libres de droit : caroline.chatriot@scam.fr
presse : astrid.lockhart@scam.fr

La Scam, l’Acid, Addoc, la SRF et la Boucle documentaire saluent l’adoption par le conseil d’administration du CNC de l’extension du bénéfice de l’aide à la conception aux auteurs du cinéma documentaire.

Le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC), réuni en conseil d’administration le 4 octobre dernier, a en effet adopté une délibération – publiée au journal officiel du 7 octobre 2022 – qui étend le dispositif de l’« aide à la conception » au cinéma documentaire. Celle-ci permet désormais d’aider, à hauteur de 10.000 €, l’auteur ou l’autrice d’une œuvre cinématographique documentaire sortie l’année précédente, afin qu’il ou elle développe un nouveau projet cinématographique de tout genre (documentaire, fiction, animation).

Le ou la cinéaste doit satisfaire les critères suivants :

  • Il ou elle a signé ou cosigné un film documentaire sorti en salles l’année précédant celle de sa demande ;
  • Le film a un coût définitif de production inférieur à 500.000 € ;
  • Le film réunit les conditions pour l’agrément de production ou a bénéficié d’un agrément de distribution.

Les organisations signataires se sont battues de longue date pour que le dispositif, jusqu’ici réservé aux seuls cinémas de fiction et d’animation, bénéficie également au cinéma documentaire.

Cette action résolue et collective auprès du CNC a donc porté ses fruits : cette réforme et son extension au genre documentaire restaurent enfin l’équité entre les genres cinématographiques et entre les auteurs et autrices, mettant fin à une réelle marginalisation de fait.

La Scam, l’Acid, Addoc, la SRF et la Boucle documentaire remercient les équipes du CNC pour le travail accompli au service de l’équité.

Les organisations informeront prochainement leurs membres des modalités d’obtention de cette aide.

Contacts presse :

Scam : astrid lockhart – astrid.lockhart@scam.fr
Acid : Pauline Ginot – dg@lacid.org
Addoc : Sylvie Boskowitz – courrier@addoc.net
SRF : Chloé Folens – cfolens@la-srf.fr
La Boucle documentaire : laboucledocumentaire@gmail.com

Projection du film documentaire de Patricia Niedzwiecki. Retransmis en direct sur le site de la Scam.

Rémi Lainé, président de la Scam,
Patricia Niedzwiecki et Irdecof Productions
ont le plaisir de vous inviter à la projection du film documentaire

Un nom à soi
de Patricia Niedzwiecki

2021 – 62′ – produit par Irdecof Productions

Dans « Un nom à soi », revisitant la carrière de romancière engagée de Benoîte Groult, les deux amies retracent cent ans de féminisme. En effet, Patricia Niedzwiecki a rencontré Benoîte Groult à Paris. Elle l’invita à participer à la Commission pour la féminisation créée par Yvette Roudy, Ministre du droit des femmes en France et fondatrice de la Commission des femmes à l’Europe.

Rémi Lainé, président de la Scam,
Tony Quéméré, Les Films de la Butte et Tita B Productions,
ont le plaisir de vous inviter à la projection du film documentaire lauréat de la bourse Brouillon d’un rêve documentaire de la Scam,

Eldorado, se réveiller mort et renaître
de Tony Quéméré

2022 – 61′ – produit par Les Films de la Butte et Tita B Productions

Eldorado ! On en a tous un. Tony Quéméré nous révèle le sien, avec ses mots, ses tripes et tout son cœur. De Pluguffan à Mexico, de Paris à Acapulco. Mais c’est l’heure du retour : sa mère est à l’hôpital dans un sale état. Documentaire autobiographique décalé, porté par une voix tout en subjectivité, Eldorado est un témoignage tendre et poétique, parfois cru, sur la vie, la mort dans une petite famille bretonne bousculée par les bouleversements du monde.

La Scam vous propose une rencontre dédiée à l’usage des images d’archives dans vos vidéos YouTube avec l’offre INA ❤️ Talents, lancée par mediaclip, la plateforme de vidéos de l’INA dédiée aux vidéastes. Retransmission en direct sur la chaîne YouTube de la Scam.

Vous êtes vidéaste et vous utilisez des images d’archives ?

mediaclip, la plateforme de vidéos de l’INA dédiée aux créateurs et créatrices de contenus web, lance son offre INA ❤️ Talents pour les vidéastes.
Avec Philippe Sartori, directeur commercial en charge du département distribution et solutions professionnelles à l’INA.

Et les témoignages des vidéastes Julien Aubrée (chaîne Mamytwink) et Aude GG, qui expliqueront leur usage des images d’archives.

À l’occasion de cette rencontre, la Scam vous présentera également les avantages des accords YouTube et Meta qui vous concernent. Avec Sherine Deraz, chargée des relations vidéastes et podcasters à la Scam et Cyril Etien, responsable du développement des droits numériques à la Scam.

Philippe Sartori

Philippe Sartori dirige le département Distribution & Solutions Professionnelles à l’INA, en charge de la commercialisation des contenus de l’INA auprès des professionnels de la création et des médias, en France et à l’International. Avant de rejoindre l’INA en 2015, il a travaillé pendant plus de 15 ans en agences de communication en tant que consultant en stratégie digitale. (suite…)

Parce que la création sonore est un parent pauvre des politiques publiques, la Scam dévoile au Paris Podcast festival un livre blanc pour franchir le mur du son !

Ce document à destination des décideurs français et européens élabore des pistes législatives, fiscales, économiques concrètes, pour une meilleure structuration de la profession et un rééquilibrage de la chaîne de valeur de la création sonore.

Malgré l’essor remarquable du podcast et le vif intérêt du public pour la radio, la structuration du secteur est encore balbutiante.  La création audionumérique souffre de plusieurs impensés juridiques : les conditions de la propriété intellectuelle peinent à être systématiquement garanties et un réel statut manque aux autrices et auteurs sonores pour dialoguer en confiance avec les différents acteurs du secteur (producteurs, diffuseurs, plateformes…).

Dans ce contexte, Création sonore, pour un écosystème pérenne se veut une plateforme de proposition :

Pour un partage de la valeur équitable

Afin de maintenir et préserver l’essor de la création sonore : clarifier le régime juridique de la diffusion sonore pour un partage de la valeur avec tous les acteurs de la chaîne de création.

Pour un écosystème vertueux

  • Afin d’assurer le soutien public de la création sonore : mettre en place des outils fiscaux affectés assujétissant l’ensemble des acteurs de la diffusion (éditeurs, agrégateurs, hébergeurs).
  • Pour une création sonore française originale qualitative et ambitieuse : donner une définition aux « œuvres sonores » et mettre en place une obligation pour les diffuseurs de production de créations sonores originales et indépendantes.

Pour une meilleure protection des auteurices de la création sonore

  • Afin de sécuriser les droits des auteurs d’œuvres sonores : proposer une définition claire, complète et actualisée de l’auteur audio dans le code de la propriété intellectuelle.
  • Pour mieux protéger les auteurs : lancer une concertation de la filière sonore pour parvenir à la conclusion d’un accord interprofessionnel.

Pour une implication des décideurs français et européens

  • Créer une régulation des médias sonores : mobiliser les autorités françaises pour soutenir auprès de l’Union Européenne une régulation du média sonore à l’instar des médias audiovisuels.
  • Rendre éligible la création sonore aux soutiens de l’Union européenne : créer un ou des appels à projets pour le développement d’œuvres radiophoniques et de podcasts.

Sommaire

Franchir le mur du son, par Karine Le bail et Rémi Lainé (p3-4)
Préambule : Création sonore pour un écosystème pérenne (p5-6)
1. Le partage de la valeur : L’autorisation des ayants droit comme pilier de la diffusion sonore (p7-10)
2. Un écosysteme vertueux pour financer la création sonore (p11-15)
3. Donner une place aux auteurices de la création sonore dans le droit français (p17-21)
4. Encourager les décideurs Français et Européens à faire une place au média sonore dans la régulation des médias (p23-28)
Paroles de professionnels (p29-53)

Contact presse

astrid lockhart  – 06 73 84 98 27 – astrid.lockhart@scam.fr