Dix photographes finalistes défendront leur projet devant le jury. Le Prix sera décerné à l’issue de la soirée qui sera retransmise en direct sur notre page d’accueil.

Les finalistes 2021

Romane Iskaria pour sa série Assyrians, la quête de la terre disparue
Nicolas Portnoï pour sa série Voyage en Carolfornie
Julie Joubert pour sa série Adam
Nicolas Serve pour sa série Ethanol
Elea Jeanne Schmitter pour sa série 40 ans 70kg
Tami Notsani pour sa série Ephéméride perpétuelle
Loïc Laforge pour sa série Z, parcours d’une enfant placée
Mathias Zwick pour sa série J’aime autant la voiture que je la déteste
Aliki Christoforou pour sa série Atlantide
Lucas Barioulet pour sa série The land of the Pure

Le jury est composé de

Sadreddine Arezki – bloggeur Place Cliché
Bénédicte Van der Maar – photographe, présidente de la commission Images fixes de la Scam
Caroline Benichou – curatrice galerie VU’
Frédérique Destribats – directrice Éditions du Dimanche
Eric Karsenty – rédacteur en chef Fisheye Magazine
Sophie Knittel – photographe, présidente Association Freelens

La lauréate 2018 Camille S. et le lauréat 2019 Lionel Jusseret, présenteront leurs projets terminés.

 

Mentor a pour objectif de fournir au lauréat ou à la lauréate les meilleures conditions au développement d’un projet qui utilise la photographie comme médium source. Il récompense le ou la photographe sous plusieurs formes :
– une bourse à la production de 5000 euros, dotée par la Scam
– une formation d’une valeur de 2500 euros au sein du CFPJ Media de Paris
– un accompagnement personnalisé pour la conduite du projet par la Scam et Freelens.

Passe sanitaire valide et port du masque obligatoire.

Finale Prix Mentor 2021

Inscrivez-vous

Contact & Informations

Gros plan sur  les vingt-quatre films, allemands et français, lauréats de cette première édition du concours lancé par Arte, en partenariat avec la Scam.
Une foisonnante sélection sous le signe de la liberté à retrouver en avant-première sur arte.tv dès le 9 décembre et à l’antenne, les  15 et 16 décembre 2021 au cours de deux soirées spéciales.

Mercredi 15 décembre 2021 à 23h55
Bulle de Jessica Bros ; Mal de mère de Lolita Rivé ; Un essai sur nous deux de Marzena Sowa ; Affectif Anonyme de Angéla Nichon ; Oh Boy de Cannelle Favier-Benito & Alice Tubert ; S’aimer en corps de  Lilia Lerondeau ; The Battle of Our Voices ;  Le jour et l’heure de Catherine Pamart ; Teenage Dirtbag Mme C. de Elise Sintot ; To Life ; Being Born a Girl.

Jeudi 16 décembre 2021 à 23h20
Les splendides de Meryem-Bahia Arfaoui (Grand prix) Elana de Erika Haglund  (Prix du jury ex-aequo) ; Nobody Owns Me de Anouk Meissner (Prix du jury ex-aequo) ; L’odeur de la France de Eve-Chems De Brouwer ; Die Stadt der Anderen ; Objekt ; Rawa de Camille Toulmé ; Ana de Séraphine Charpentier-André ; Il neigeait, un homme se lavait dans la rivière de Marzieh Namini ; Sœurs de Lola Pidoux & Lorraine David ; Iye Ka’i (Moi Sabelle) de Olivia Braconnier ; Burning Cars.

Lancé en décembre 2020 par ARTE France, en partenariat avec la Scam, le concours de courts métrages documentaires “Et pourtant, elles tournent” a dépassé toutes les attentes. Ouvert aux réalisatrices de plus de 18 ans résidant en France et en Allemagne, il a en effet réuni plus de huit cents films autour d’un thème unique : “Besoin de personne”. À l’origine du projet, cette constatation d’un déséquilibre dans le paysage audiovisuel : alors qu’elles sont de plus en plus nombreuses dans les écoles de journalisme et de cinéma, les réalisatrices demeurent moins présentes que leurs homologues masculins sur les écrans, en France et ailleurs.

Après avoir été visionnées par des comités de sélection, trente œuvres, d’une durée de sept à douze minutes, ont été proposées au jury français – présidé par l’illustratrice de bande dessinée, Pénélope Bagieu, et composé de plusieurs documentaristes, dont Alice Diop, Roisin Burns ou Laëtitia Moreau, ainsi que de l’essayiste Paul B. Preciado et de la responsable de “La Lucarne”, Rasha Salti – jury qui a récompensé à son tour dix sept films.

À rebours des clichés, Les splendides, de la réalisatrice Meryem-Bahia Arfaoui – Grand Prix du palmarès –, donne la parole à des jeunes femmes originaires de la cité de la Reynerie, à Toulouse. Dans une esthétique reprenant les codes des clips de rap, elles livrent, sans filtre, leur définition d’“une meuf de cité”.

Elana, d’Erika Haglund, brosse le portrait d’une adolescente handicapée drôle et attachante, en quête d’indépendance, et partage un Prix du Jury ex aequo avec Nobody Owns Me, d’Anouk Meissner, qui raconte l’histoire cabossée d’Irina, une SDF.

La sélection aborde également le regret d’être mère (Mal de mère, de Lolita Rivé), le mariage forcé (L’odeur de la France, de Ève Chems de Brouwer), le suicide assisté (Le jour et l’heure, de Catherine Pamart), ou la dépendance, à travers le témoignage d’un homme (Affectif anonyme, d’Angéla Nichon).

“Et pourtant elles tournent” le démontre de manière éclatante : de nouvelles sensibilités émergent, inspirant ces dix-sept récits intimes surprenants, en phase avec leur époque, à découvrir les 15 et 16 décembre, lors de deux soirées qui mettront également en lumière les sept films lauréats du concours allemand.

La Scam (Société civile des auteurs multimedia) et le Groupe TF1 se félicitent de la signature, ce jour, d’un nouvel accord. Cet accord pérennise l’exploitation des œuvres du répertoire de la Scam sur les services linéaires et non linéaires du Groupe TF1, pour une durée initiale de 5 ans à compter du 1er janvier 2021.

Avec l’objectif d’accompagner la transformation du marché des médias audiovisuels vers le numérique, la Scam et le Groupe TF1 ont souhaité conclure un nouvel accord global et équilibré, qui vient redéfinir et moderniser les conditions d’utilisation du répertoire de la Scam par le Groupe TF1.

Cet accord a donc pour ambition de pérenniser l’exploitation du répertoire de la Scam sur l’ensemble des chaines et services associés du Groupe TF1, pour la période 2021 à 2025, tout en garantissant une juste rémunération aux autrices et auteurs membres de la Scam (documentaristes de télévision, radio et web ; journalistes ; vidéastes ; écrivains ; traducteurs ; photographes, dessinateurs…).

La Scam et le Groupe TF1 s’associent dans une logique partenariale qui vise à mieux intégrer dans leurs modèles respectifs l’évolution des usages et les nouveaux modes de monétisation (digital, TV segmentée…).

Ce nouvel accord avec l’une des sociétés de gestion des droits d’auteur majeure du paysage audiovisuel français, nous permet d’affirmer une nouvelle fois notre attachement au secteur de la création et aux auteurs, grâce auxquels nous sommes en mesure de proposer des programmes toujours plus qualitatifs sur nos antennes.

Ara Aprikian, Directeur Général Adjoint Contenus du Groupe TF1

Par la signature de ce nouvel accord, la Scam marque sa volonté de consolider dans le temps sa relation avec le groupe TF1, acteur clef de l’audiovisuel français. C’est un gage de confiance pour l’avenir de notre partenariat, dans un contexte de forte évolution du marché.

Hervé Rony, Directeur Général de la Scam

À propos du Groupe TF1

Le Groupe TF1 est un acteur global dans la production, l’édition et la distribution de contenus.
A travers ses contenus, son ambition est d’inspirer positivement la société.
Les activités du Groupe TF1 recouvrent :
. Le Broadcast avec 5 chaînes en clair (TF1, TMC, TFX, TF1 séries films, LCI), 4 chaînes thématiques (Ushuaia TV, Histoire TV, TV Breizh, Série Club), 3 plateformes de contenus à la demande (MYTF1, TFOU MAX, Salto) et la régie TF1 PUB.
. La Production avec Newen, qui regroupe plus de 30 labels en France et à l’international.
. Le Digital via les activités web natives du Groupe et les communautés digitales les plus puissantes (dont aufeminin, Marmiton, Doctissimo, My Little Paris).
. La Musique et les Spectacles.
Présent dans plus d’une dizaine pays, le Groupe TF1 compte près de 3 700 collaborateurs. En 2020, il a réalisé un CA de 2 081,7 M€ (Euronext Paris : ISIN FR0000054900).

À propos de la Scam

La Scam rassemble 49 000 auteurs et autrices qui explorent différentes formes du genre documentaire : audiovisuel, radio, littérature, journalisme, traduction, photographie, dessin, écritures et formes émergentes. Elle les représente auprès des pouvoirs publics, des diffuseurs, des distributeurs, des plateformes (vidéo, podcast), des producteurs et des éditeurs. Elle discute, collecte et répartit leurs droits d’auteur, défend leurs intérêts et mène une action culturelle ambitieuse.

Contacts presse

Maylis Carcabal – Directrice de la Communication et des Marques de TF1 – 06 63 59 87 05 – mcarcabal@tf1.fr
Coline Pechere – Communication Corporate de TF1 – 06 26 07 68 52 – cpechere@tf1.fr
Astrid Lockhart – Responsable de la presse et des partenariats de la Scam – 06 73 84 98 27 – astrid.lockhart@scam.fr

La Scam, Société civile des auteurs multimedia, et Sybel, plateforme de diffusion de contenus audio à la demande, se félicitent de la signature d’un accord inédit pour les droits d’auteur, le premier du genre entre une plateforme de diffusion de contenus audio (avec et sans abonnement) et la Scam.

Au moment où la production de podcasts natifs connaît une forte dynamique, portée par des usages en pleine croissance, l’accord entre Sybel et la Scam a pour objectif de renforcer et professionnaliser les droits des autrices et auteurs d’œuvres audio-digitales. Ceux-ci percevront, comme c’est déjà le cas pour la radio, des droits pour la diffusion de leurs œuvres sur Sybel.

L’accord couvre aussi bien les créations originales de Sybel que les podcasts natifs des studios indépendants et les programmes sonores des radios, en diffusion gratuite comme payante.

Il permet d’aménager les meilleures conditions pour l’exposition du répertoire de la Scam dans toute sa diversité – documentaires, reportages, enquêtes, investigations, chroniques, témoignages, débats, entretiens, etc.

« Ce nouvel accord que je salue consolide la protection du droit d’auteur pour les créateurs et créatrices d’œuvres sonores. Intervenant après la signature de nombreux accords dans ce secteur, l’accord avec Sybel confirme le rôle de la Scam et sa capacité d’adaptation aux formes innovantes de diffusion et de création radiophonique. »

Hervé Rony, directeur général de la Scam

« Nous nous réjouissons de ce partenariat avec la Scam qui participe à la mise en place d’un écosystème vertueux au sein d’un secteur important de l’industrie culturelle française et contribue au financement de la création audio. Il intervient dans la foulée de notre récent partenariat avec le PIA, syndicat des Producteurs Indépendants Audio, qui pour la première fois, prévoyait un partage de la valeur entre les créateurs et la plateforme. »

Virginie Maire, Présidente de Sybel

A propos de la Scam

La Scam rassemble 49 000 auteurs et autrices qui explorent différentes formes du genre documentaire : audiovisuel, radio, littérature, journalisme, traduction, photographie, dessin, écritures et formes émergentes. Elle les représente auprès des pouvoirs publics, des diffuseurs, des distributeurs, des plateformes (vidéo, podcast), des producteurs et des éditeurs. Elle discute, collecte et répartit leurs droits d’auteur, défend leurs intérêts et mène une action culturelle ambitieuse.

A propos de Sybel

Fondée par Virginie Maire et Matthieu Viala, Sybel est la plateforme de streaming audio qui propose des heures de podcasts, créations originales exclusives, documentaires inédits, livres audio. Élue “Meilleure application de l’année toutes catégories confondues” par Google seulement six mois après son lancement, et sélectionnée dans le Top 50 des start-ups Européennes (TechCrunch). Cette alternative aux écrans offre un catalogue riche et diversifié axé sur la culture, l’éducation et le divertissement. Entreprise de la French Tech et acteur du rayonnement de la culture française à l’international, Sybel est aujourd’hui disponible en français, en espagnol et en anglais.

Contacts presse

Scam – astrid.lockhart@scam.fr – 06 73 84 98 27
Sybel – Laurence Gallot – laurence@mondayconseil.com – 06 24 11 00 80
Sybel – Antoine Banet-Rivet – antoine@mondayconseil.com – 06 21 72 35 27

« Comment capter l’imprévisible, le hasard et la grâce d’une rencontre, continuer à tenter d’atteindre ce qui est au plus profond d’un personnage, à se tenir à ses côtés (…) Comment aller vers l’autre, vers l’inconnu ? »
Georgi Lazarevski, président du jury des Étoiles 2021

30 films exigeants, inventifs, 30 points de vue singuliers comme autant de réponses possibles à cette question de Georgi Lazarevski ont été proposés aux festivaliers nombreux à se retrouver au Forum des images pour fêter ensemble le documentaire en présence de ses auteurs et de ses autrices.

3 jours de festival, 30 films, mais aussi 30 rencontres des auteurs et des autrices avec leur public à la fin de chacune des projections. Des échanges toujours très plébiscités par un public curieux et engagé et des auteurs unanimes :

« Il est difficile d’être auteur, c’est un métier solitaire. On écrit pendant des mois pour attendre des réponses positives. Pour nous, ce festival est une chance de rencontre. En écoutant les gens parler des films, on apprend notre métier. »

Si plusieurs séances de cette 16e édition, qui a mis en avant l’extrême diversité de formes et d’écritures du cinéma du réel, affichaient « complet », force est de constater que le public n’a pas encore retrouvé le chemin des salles. Comme l’ensemble des manifestations et événements culturels, le Festival a constaté une baisse de sa fréquentation de plus de 25%.

Ces trois jours d’émotion et de fête dédiés au documentaire se sont achevés dimanche 7 novembre par l’attribution du Prix du Public à Hamid Sardar-Afkhami pour son film Le Cavalier Mongol.
Un voyage enneigé à la frontière de la Mongolie et de la Sibérie où ce cavalier aux allures de justicier nous emmène jusqu’au bout de la taïga…

Lors de cette soirée de clôture, le Prix du documentaire 2021 de la Scam L’Envers d’une histoire : un siècle Yougoslave de Mila Turajlic, et Sud eau nord déplacer de Antoine Boutet, le Prix du Grand Reportage 2021 de la Scam, ont été présentés aux festivaliers.

Les 30 films étoilés créatifs, généreux et nécessaires ont en commun d’avoir marqué l’année télévisuelle par leur qualité. Ces œuvres, dont 8 premiers films, et 9 bourses Brouillon d’un rêve de la Scam, ont été choisies par le jury des Étoiles 2021 auquel 60 films ont été soumis, présélectionnés parmi plus de 450 candidatures de réalisateurs et de réalisatrices.

Les cinéastes et jury des Étoiles du Documentaires 2021 Le Cavalier Mongol de Hamid Sardar-Afkhami.

Le festival se poursuit !

Pour la première fois cette année, Les Étoiles du documentaire sont visibles en libre accès sur la plateforme MK2 CURIOSTY.COM, rubrique « Les invités » du 8 au 23 novembre.

À suivre en 2022, une sélection de la programmation des Étoiles 2021 sera présentée :
• les 25 et 26 mars au Lieu Unique à Nantes
• du 1er au 3 avril au Comptoir du doc à Rennes
• du 9 au 12 juin au Vidéodrome 2 à Marseille

Merci aux réalisateurs et aux réalisatrices des Étoiles 2021, aux nombreux spectateurs qui ont participé à cette édition, aux membres du jury, Feriel Ben Mahmoud, Mathilde Damoisel, Raphaël Girardot, Stéphanie Lamorré, à leur président Georgi Lazarevski et à tous nos partenaires.

A l’année prochaine !
UN ÉVÉNEMENT SCAM EN COLLABORATION AVEC LE FORUM DES IMAGES / TÉLÉRAMA /LE PARISIEN / MK2 CURIOSITY / RADIO CAMPUS PARIS / TËNK /  KuB /LE MOIS DU FILM DOCUMENTAIRE

Contact Presse
2e BUREAU – Sylvie Grumbach, Marie-Renée de La Guillonnière – 01 42 33 93 18 – festivaldesetoiles@2e-bureau.com
www.festivaldesetoiles.fr

Les Etoiles 2021

Sebastiano d'Ayala Valva - Festival Les Etoiles du documentaire 2021
photo : Cyril Etien/ Scam

Franck Beauvais - Festival Les Etoiles du documentaire 2021
photo : Cyril Etien/ Scam

Anouk Burel - Festival Les Etoiles du documentaire 2021
photo : Cyril Etien/ Scam

Grégoire Couvert et Grégoire Orio - Festival Les Etoiles du documentaire 2021
photo : Cyril Etien/ Scam

Cathie Dambel - Festival Les Etoiles du documentaire 2021
photo : Cyril Etien/ Scam

Daniela de Felice - Festival Les Etoiles du documentaire 2021
photo : Cyril Etien/ Scam

Manuela Frésil - Festival Les Etoiles du documentaire 2021
photo : Cyril Etien/ Scam

Manu Gerosa - Festival Les Etoiles du documentaire 2021
photo : Cyril Etien/ Scam

Pauline Horovitz - Festival Les Etoiles du documentaire 2021
photo : Cyril Etien/ Scam

Rachel Leah Jones et Philippe Bellaïche - Festival Les Etoiles du documentaire 2021
photo : Cyril Etien/ Scam

Dorothée-Myriam Kellou - Festival Les Etoiles du documentaire 2021
photo : Cyril Etien/ Scam

Olivier Lemaire - Festival Les Etoiles du documentaire 2021
photo : Cyril Etien/ Scam

François Lévy-Kuentz - Festival Les Etoiles du documentaire 2021
photo : Cyril Etien/ Scam

Marie Maffre - Festival Les Etoiles du documentaire 2021
photo : Cyril Etien/ Scam

Laetitia Mikles - Festival Les Etoiles du documentaire 2021
photo : Cyril Etien/ Scam

Valérie Müller - Festival Les Etoiles du documentaire 2021
Photo Cyril Etien/Scam

Stan Neumann - Festival Les Etoiles du documentaire 2021
photo : Cyril Etien/ Scam

Manon Ott - Festival Les Etoiles du documentaire 2021
photo : Cyril Etien/ Scam

Alexis Pazoumian - Festival Les Etoiles du documentaire 2021
photo : Cyril Etien/ Scam

Henri Poulain et Julien Goetz - Festival Les Etoiles du documentaire 2021
photo : Cyril Etien/ Scam

Philippe Pujol - Festival Les Etoiles du documentaire 2021
photo : Cyril Etien/ Scam

Guillermo Quintero - Festival Les Etoiles du documentaire 2021
photo : Cyril Etien/ Scam

Taina Ternoven - Festival Les Etoiles du documentaire 2021
photo : Cyril Etien/ Scam

Aël Théry et Marine Ottogalli - Festival Les Etoiles du documentaire 2021
photo : Cyril Etien/ Scam

Mathias Théry - Festival Les Etoiles du documentaire 2021
photo : Cyril Etien/ Scam

Mila Turajlić - Festival Les Etoiles du documentaire 2021
photo : Cyril Etien/ Scam

Éléonore Weber - Festival Les Etoiles du documentaire 2021
photo : Cyril Etien/ Scam

La Scam expose L’Hôtel de la dernière chance d’Alexis Vettoretti, lauréat du Prix Roger Pic 2021, et Nébuleuse de Florence Levillain, la mention spéciale.

Prix Roger Pic 2021 attribué à
L’hôtel de la dernière chance de Alexis Vettoretti

Je me suis rendu régulièrement dans un hôtel longue durée d’un quartier populaire de Paris. Depuis un demi-siècle ce lieu accueille des hommes, un loyer moyen de 500 € par mois pour quelques m2. Ils s’appellent Joël, Rolland, Pascal et vivent dans une chambre, sans cuisine, toilettes et douche à l’extérieur. Ils font partie de la « zone grise ». Une zone de notre société boueuse, où quand on y met le pied, il est difficile d’en sortir. Elle s’accroche aux godasses et laisse des traces. Alexis Vettoretti

Photographe documentaire, Alexis Vettoretti part à la rencontre des gens et du temps. À la recherche de cette nostalgie qui attrape les cœurs, lui pour qui le fatalisme a quelque chose de séduisant, aime raconter des histoires de vie qui s’inscrivent dans une temporalité sociale donnant matière à réflexion et émotion. Il aime que ses photos d’abord interpellent, puis s’adoucissent ensuite, et se laissent apprivoiser par le regardant. Il s’intéresse à la condition ouvrière, celle qui traverse les époques et les géographies, et dont les groupes d’individus sont aujourd’hui les témoins d’une révolution florissante passée. Brouillant la temporalité, il emmène le public à la rencontre de femmes et hommes qui sont là, immuables, parce qu’en réalité, tout change et rien ne change.

Une Mention spéciale du jury a été attribuée à
Nébuleuse de Florence Levillain / Signatures.

C’est l’histoire d’une adolescente qui décrit le monde qui s’offre à elle. Le monde présent confiné, absurde, contradictoire mais auquel elle tient malgré tout et le monde à venir, inquiétant, entaché de problèmes écologiques, sociaux, sanitaires mais qu’elle souhaite irréductiblement humoristique et créatif. On y parle ensemble d’être obligatoirement dans sa bulle, solitaires et perclus d’ennui, de pollutions de toutes sortes mais aussi d’espoir et de poésie. Car à 15 ans même abasourdie on veut y croire. Cette série ambivalente dénonce la noirceur du monde mais de manière lumineuse et chatoyante pour rester tournée vers l’avenir et porteuse d’espoir. Florence Levillain



Photo : Nébuleuse de Florence Levillain / Signatures


Florence Levillain
suit deux lignes directrices centrées sur l’humain, l’une sociale, l’autre ludique. Elle entre dans les collections de la MEP avec une série hommage à Sabine Weiss et dans celles du MFP avec « Parce qu’ils le valent bien » (2017). Ses portraits d’usagers des bains publics sont exposés au festival ImageSingulières, à la Maison des métalos, au Merlan et lors du Mois de la photo du Grand Paris (2018). Lauréate des résidences des festivals Les femmes s’exposent (2018) et Saint-Brieuc (2019) elle aborde le territoire par le biais de portraits d’anonymes. En 2020, elle expose « Au pied de la lettre » à fotofever et « femmes de science », une carte blanche de l’université du Havre. Florence Levillain est membre de l’agence Signatures.

Le jury était composé de Jacques Graf, Sandra Reinflet, Guy Seligmann, Christine Spengler et Steven Wassenaar.

Doté de 5.000 € par l’Association Scam Vélasquez, le Prix Roger Pic récompense un portfolio photographique témoignant d’un regard humaniste et généreux.

Prix Roger Pic, en partenariat avec le magazine Fisheye.


Information, images libres de droit

Caroline Chatriot – 01 56 69 58 44 – caroline.chatriot@scam.fr

Contact presse

Astrid Lockhart – 01 56 69 64 05 – astrid.lockhart@scam.fr

Conseil permanent des Écrivains

Pour ce quatrième rendez-vous de Place des Auteurs, les membres du Conseil Permanent des Écrivains font le point sur la rémunération et donnent la parole aux auteurs et aux autrices, sur place et à distance.

Rémunération des auteurs et autrices
Le nerf de la guerre

Où en est-on aujourd’hui ?
Nos experts et nos témoins dressent un état des lieux.

Experts

Maïa Bensimon, Responsable juridique SGDL
Olivia Guillon, Maître de conférence en économie, université Sorbonne Paris Nord
Nathalie Orloff, Adjointe au directeur des affaires juridiques et internationales – responsable écrit et journalistes de la SCAM
Emmanuel de Rengervé, Délégué général du SNAC

Témoins

Dominique Brisson, autrice et éditrice jeunesse
Dominique Paquet, autrice théâtre jeunesse
Miyako Slocombe, traductrice du japonais

Modération

Paola Appelius, traductrice, présidente de l’ATLF, co-présidente du CPE
Christophe Hardy, auteur, président de la SGDL, co-président du CPE

Pour apporter vos témoignages, vos éclairages et poser vos questions :
• écrivez-nous dès maintenant placedesauteurs@conseilpermanentdesecrivains.org
• intervenez dans le chat
• ou demandez simplement le micro
La rencontre sera filmée pour rediffusion

Cette publication est protégée par un mot de passe.
Pour la voir, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Projection du film documentaire de Anne Morin, lauréat de la Bourse « Brouillon d’un rêve » de la Scam.

Rémi Lainé, président de la Scam,
Anne Morin et Escalenta,
ont le plaisir de vous inviter à la projection de

Rififi dans le tiroir
de Anne Morin

2021 – 90’ – produit par Escalenta

C’est l’histoire d’un couple qui se prépare avec confiance à adopter un enfant du Mali lorsqu’un coup d’état militaire, une nouvelle loi inspirée par les partis islamistes puis la guerre entravent leur désir. D’attentiste, ce couple se transforme en activiste. Sans expérience du lobbying, il engage une campagne diplomatique avec une poignée d’autres candidats parents au Mali.
Le projet familial devient alors géopolitique.

Compte tenu du contexte sanitaire, la projection se tiendra dans le respect
des gestes barrières, avec présentation d’un pass sanitaire valide à l’entrée
et port du masque obligatoire.

Diffusion en simultané sur notre page d’accueil du documentaire sonore d’Anna Gigan, qui a reçu la Bourse « Brouillon d’un rêve » de la Scam.

L’Echo de mon cousin Djo
d’Anna Gigan

2019 – 58’
produit par France Culture – L’Expérience d’Aurélie Charon
lauréat de la Bourse « Brouillon d’un rêve » de la Scam

Djo, mon cousin, est arrivé à 4 ans en France avec ses parents adoptifs, qui sont allés le chercher en Colombie. 20 ans plus tard, il est incarcéré pour vol à mains armées à la prison de Rennes : 11 ans ferme. Les enregistrements sonores que je lui envoie lors d’un voyage en Colombie provoquent le déclic. De sa cellule, il rembobine son histoire, du crime jusqu’aux premiers sons de son pays natal.
Comme lui, j’ai été adoptée. Sa voix n’est pas la mienne ; pour autant j’en ressens l’écho…

Compte tenu du contexte sanitaire, la projection se tiendra dans le respect
des gestes barrières, avec présentation d’un pass sanitaire valide à l’entrée
et port du masque obligatoire.

Rémi Lainé, président de la Scam,
Amalia Escriva, autrice et réalisatrice,
Farid Rezkallah – 24 Images, et le CFRT,
ont le plaisir de vous inviter à la projection de
deux films documentaires d’Amalia Escriva

Ecrire sa vie, Irène Josianne

2021 – 26 -’produit par Le CFRT et France 2
Une migration de six années, parcours d’une femme qui s’y lance seule.
Pièges et rencontres décisives. Irène Josianne écrit et raconte.

Le corps des femmes

2021 – 52’ – produit par 24 images et France 3 Pays de la Loire
Dans le cabinet de gynécologie de Céline, les patientes se saisissent du temps,
des mots de leur médecin, de l’écoute qui leurs sont donnés.

Compte tenu du contexte sanitaire, la projection se tiendra dans le respect
des gestes barrières, avec présentation d’un pass sanitaire valide à l’entrée.

Rémi Lainé, président de la Scam,
Eric Ellena et French Connection Films,
ont le plaisir de vous inviter à la projection du film documentaire

Merveilles de la nature
Caño Cristales, la rivière arc-en-ciel
de Eric Ellena

2021 – 52’ – produit par French Connection Films
en coproduction avec Cabala et Ushuaia TV

La Colombie recèle un paradis naturel resté longtemps isolé : le Caño Cristales. Sa plante aquatique, à la base d’un écosystème complet, se pare de couleurs vives incroyables pendant 6 mois de l’année, offrant un spectacle magique. Et ses forêts alentours abritent quantité d’animaux étonnants. Scientifiques et habitants se battent pour protéger ce lieu unique, privilégiant l’écotourisme et luttant contre la déforestation et l’exploitation pétrolière.

Compte tenu du contexte sanitaire, la projection se tiendra dans le respect
des gestes barrières, avec présentation d’un pass sanitaire valide à l’entrée
et port du masque obligatoire.

Rémi Lainé, président de la Scam,
Fany Vidal, autrice et réalisatrice,
ont le plaisir de vous inviter à la projection du film documentaire

Sous le voile
de Fany Vidal

2021 – 52’
produit par Amda et France 3 Île-de-France

Être musulmane et vivre en France c’est aussi vivre avec une partie de l’histoire d’un pays d’origine, avec un héritage familial, culturel, politique et religieux.
Cette double culture ne se résume ni à une seule appartenance ni au port du voile.
Fatima, voilée est chauffeur VTC à Paris. Durant ses courses, elle aborde avec ses clients les questions liées au voile que sont : la laïcité, le rapport entre les hommes et les femmes, l’identité, la foi et la liberté.
Mounira, comédienne, riche de cette double culture ne porte pas le voile.
Au grès de leurs rencontres, chacune aborde la question du voile.

Compte tenu du contexte sanitaire, la projection se tiendra dans le respect
des gestes barrières, avec présentation d’un pass sanitaire valide à l’entrée
et port du masque obligatoire.

Projection du film documentaire de Benoit Keller, lauréat de la Bourse « Brouillon d’un rêve » de la Scam. Une soirée retransmise en direct sur notre page d’accueil.

Rémi Lainé, président de la Scam,
Benoit Keller et Beppie films,
ont le plaisir de vous inviter à la projection de

Les enfants de passage
de Benoit Keller

2021 – 79’
produit par Beppie films et Lyon Capitale TV
avec le soutien du CNC, de la Région Bourgogne-Franche-Comté, de la Procirep Angoa et de la Sacem, lauréat de la Bourse « Brouillon d’un rêve » de la Scam

Cloé, Mathilda, Ilias et Dgino vivent loin de leurs parents, dans une structure de la Protection de l’Enfance isolée en pleine campagne. Là, ils grandissent entourés d’autres enfants, d’éducateurs et d’animaux. Jamais, ils ne racontent leurs vies d’avant ou du moins, pas avec des mots. Un bout de bois, un caillou, un crayon et les voilà qui bricolent des histoires, s’inventent des complices et des ennemis. Seuls ou en petits groupes, c’est dans la fiction qu’ils s’emploient à réparer le monde.

Compte tenu du contexte sanitaire, la projection se tiendra dans le respect
des gestes barrières, avec présentation d’un pass sanitaire valide à l’entrée
et port du masque obligatoire.

Projection du film documentaire de Jorge Amat, retransmis en simultané sur notre page d’accueil.

Rémi Lainé, président de la Scam,
Jorge Amat, auteur et réalisateur,
ont le plaisir de vous inviter à la projection du film documentaire

Mai 68 au masculin
de Jorge Amat

2021 – 84’
produit par Utopiart films
Quatorze témoins de premier plan, très rarement mis en avant lors des commémorations convenues, témoignent de la façon dont ils ont vécu mai 68 : Jean Pierre Le Dantec, Jean Pierre Duteuil, Jean-Jacques Lebel, Edgar Morin,
Henri Weber, Gerard Fromanger, Guy Scarpetta, Alain Jaubert, Tomas Ibanez, Maurice Grimaud, Edouard Balladur, Hervé Hamon, Jacques Tarnero et Marc Levitt.

Compte tenu du contexte sanitaire, la projection se tiendra dans le respect
des gestes barrières, avec présentation d’un pass sanitaire valide à l’entrée
et port du masque obligatoire.

UNE JOURNÉE POUR RÉFLÉCHIR, APPRENDRE, DÉBATTRE SUR LES QUESTIONS QUI AGITENT ET BOUSCULENT LE JOURNALISME, AUTREMENT DIT, PLONGER LA PLUME DANS NOS PROPRES PLAIES… UN DÉBAT NOURRI À LA FOIS DES EXPÉRIENCES PASSÉES GRÂCE AUX ARCHIVES ET DU REGARD D’AU-DELÀ NOS FRONTIÈRES AVEC LES CONFRÈRES DU PRIX PULITZER. AVEC ET DEPUIS LA LOI DE 1881, L’INFORMATION EST UNE QUESTION AUX MULTIPLES VISAGES.

Retransmission en direct :

 

Colloque Prix Albert Londres 2021
Vendredi 19 novembre de 9h30 à 18h00

Site François-Mitterand, quai François-Mauriac, Grand auditorium, Paris 13e

9h30 accueilLaurence Engel, présidente de la BnF
Hervé Brusini, président du Prix Albert Londres

10H – L’INFORMATION, UNE QUESTION DE LIBERTÉ

La loi de 1881 est souvent méconnue. Elle structure pourtant sur des points essentiels la liberté d’expression. 140 ans plus tard, elle est encore au cœur de débats, comme par exemple la liberté ou non de filmer les forces de l’ordre lors des manifestations. Ou encore la question des relations avec le pouvoir, récurrente tant en France qu’aux États-Unis où de Trump à Biden, les médias ont vécu et vivent encore sous tension. Sans oublier les dérives de la technologie numérique dont l’affaire Pegasus est la parfaite illustration de l’intrusion à grande échelle pour qui peut se payer un logiciel capable de renseigner, espionner, bloquer le travail d’enquête des journalistes.

  • Mindy Marques (Miami Herald / Association Prix Pulitzer)
  • Laurent Richard (Forbidden stories)
  • Catherine Jentile (TF1 / Prix Albert Londres)
  • Sylvain Louvet (Brut / Prix Albert Londres)
  • Animé par : Olivier Tesquet (Télérama)

11H15 – L’INFORMATION, UNE QUESTION DE CONFIANCE

Dès son apparition, en France, l’information de masse a été abondamment critiquée, considérée comme une offre dépourvue de qualité aux yeux des tenants de la presse d’opinion politique et artistique. Puis on l’accusa de mettre le sang à la Une pour multiplier les ventes. On pointa les fausses nouvelles, la corruption, le chantage des journalistes… En 1918 une première charte déontologique fut l’une des réponses fortes adressées par le monde de l’information à une opinion qui ne lui faisait plus confiance. Aujourd’hui, on mesure les hauts et surtout les bas de la crédibilité accordée aux médias. Pourquoi cette dégradation (variable selon les supports) mais qui semble globalement inéluctable ? Comment y remédier en France et aux Etats-Unis ?

  • Tristan Waleckx (France TV)
  • Aude Favre (journaliste, chaîne YouTube What the Fake)
  • Claire Sécail (Laboratoire Irisso)
  • Stephen Engelberg (ProPublica / Association Prix Pulitzer)
  • Animé par Hervé Brusini (Prix Albert Londres)

12H30 PAUSE DÉJEUNER

14H – L’INFORMATION, UNE QUESTION D’ARGENT

D’emblée, l’information de masse a été l’apanage d’entrepreneurs. Politiques, capitaines d’industrie, ou patrons de presse, ils furent à la naissance de « la grande presse ». Et la question n’a cessé de tarauder l’info : Jusqu’où cette origine capitaliste permet-elle l’exercice d’une liberté de l’information ? La crise du groupe Lagardère est un exemple parmi tant d’autres. Et surtout le monde numérique et les Gafam constituent la toile de fond de cette redoutable question.

  • Stephen Engelberg (ProPublica / association Prix Pulitzer)
  • Julia Cagé (autrice « L’information est un bien public »)
  • Pascal Perri (Groupe TF1)
  • Isabelle Roberts (Les Jours)
  • Jean-Marie Charon (sociologue)
  • Animé par Antoine Perraud

15H15 – L’INFORMATION, UNE QUESTION DE VÉRITÉ

« Fausse nouvelle », c’est ainsi que l’on parlait d’infox en 1881. Les débats furent nourris à ce sujet à l’assemblée nationale. De fait, l’histoire a inventorié depuis l’antiquité grecque, en passant par la royauté française ou même la révolution, de grands « artistes » de la fausse information. Aujourd’hui, la question semble être passée au stade industriel. Des factory à déstabilisation semblent agir massivement et violemment dans les rapports entre États. De plus, une part importante des citoyens du monde semble avoir basculé dans le complotisme. La fascination pour le mystérieux le plus irrationnel emporte nombre d’esprits. Et la vérité de se retrouver au cœur des questions posées au journalisme.

  • Philippe Pujol (journaliste Prix Albert Londres)
  • Philippe Mezzasalma (BnF)
  • Samuel Laurent (Le Monde)
  • Stephen Engelberg (ProPublica / association Prix Pulitzer)
  • Animé par : Doan Bui (L’Obs)

16H30 – L’INFORMATION, UNE QUESTION DE REPORTAGE

Ils n’ont pas attendu 1881, mais cette loi a accompagné l’émergence d’un art majeur de faire l’info, le reportage. Des figures de femmes ont promu les fondements mêmes du reportage. Récits de voyage, immersion, investigation, dénonciation… Des deux côtés de l’atlantique, ces femmes se sont engagées, corps et âme pourrait- on dire, dans la grande narration des choses de l’existence, nourrissant ainsi la vie démocratique. Qu’en est-il aujourd’hui ? Quid de leurs conditions professionnelles et salariales ? Et plus globalement, où en est cette pratique du reportage ? Les éditeurs répondent-ils toujours présents à l’appel ? Peut-on en vivre ? A-t-il toujours son utilité dans un monde d’images instantanées, sur une planète où chacun parle de soi sur sa chaîne d’information personnelle ? France et Etats-Unis sont encore une fois logés à la même enseigne.

  • Mindy Marques (Prix Pulitzer)
  • Caroline Hayek (L’Orient-Le Jour / Prix Albert Londres)
  • Claude Guibal (France Inter)
  • Martine Laroche-Joubert (France télévisions)
  • Animé par Delphine Minoui (Le Figaro)

> RÉSERVATION OBLIGATOIRE VIA LE FORMULAIRE EN LIGNE