« Je vous ai parlé de mon projet de reportage au Bagne. À ce sujet je vous apporte une idée, il y eut des romans cinématographiques, il n’y eut pas encore de reportage cinématographique. Je crois que l’occasion serait bonne pour cette innovation… »
C’était en 1922, en s’adressant à son rédacteur en chef, Albert Londres se voulait ouvert à toutes les techniques capables de contribuer à la pratique du reportage. Un siècle plus tard, le prix qui porte le nom du célèbre journaliste souhaite faire de même avec le
web et la radio.

Hervé Brusini, Président du Jury

L’association du Prix Albert Londres crée des bourses pour soutenir des projets de reportage et d’enquête à la radio et sur le web, en particulier pour les réseaux sociaux. Avec l’indispensable rigueur journalistique, ces projets sont à destination de tous publics, jeunes ou intergénérationnels.

Podcast ou reportage audio en ligne pour la radio d’une part, formats vidéos courts et sériels pour TikTok ou Instagram ou formats plus longs pour YouTube d’autre part, ces projets journalistiques utiliseront pour le numérique, les codes narratifs des plateformes. 

Ces aides financières sont destinées à permettre l’approfondissement des recherches des journalistes et à les aider à mener à bien, des projets ambitieux et singuliers, en réflexion ou en cours, de thème libre vers tous les nouveaux supports d’expression de l’image et du son (plateformes web, réseaux sociaux, podcasts…).

Seront distinguées la singularité et l’ambition de la démarche, la prise de risque dans le parcours des journalistes ainsi leur capacité à mener à bien leur projet.

Ces bourses s’adressent aux journalistes francophones de 40 ans au plus, non permanents d’une entreprise de presse. Elles se déclinent de la façon suivante : deux bourses dotées de 8.000 euros chacune seront décernées (1 bourse web vidéo + 1 bourse podcast ou reportage radio en ligne).

En fonction de la nature du projet, la ou le journaliste pourra bénéficier de conseils de membres du jury Albert Londres et des professionnels de France Info pour mener à bien son projet.

Les inscriptions s’effectuent en ligne jusqu’au 15 mars avant minuit via le site du Prix Albert Londres

 

Information : Stéphane Joseph/ Ariane Conrath albert.londres@scam.fr  – 0682900193

Les partenaires du Prix Albert Londres

Rémi Lainé, président de la Scam,
Eléonore Boissinot et Dryades Films,
ont le plaisir de vous inviter à la projection du film documentaire,
lauréat de la Bourse « Brouillon d’un rêve » de la Scam

Les Sœurs Pathan
de Eléonore Boissinot

2023 – 76 minutes – produit par Dryades Films (production déléguée), en association avec France Télévisions, la RTS, en coproduction avec Lyon Capitale TV et Al Jazeera Documentary

Ahmedabad, dans l’Etat du Gujarat, le bastion politique des nationalistes hindous. Rescapées des pogroms Anti-musulmans de 2002, les sœurs Pathan vivent sous la protection de leur père, dansun quartier en marge de la ville. A mesure qu’elles grandissent, le passé les rattrape.

Rémi Lainé, président de la Scam,
Laurence Michel et Alice Marsal – Les Films de la Pépinière,
ont le plaisir de vous inviter à la projection du film documentaire,
lauréat de la Bourse « Brouillon d’un rêve » de la Scam

4801 nuits
de Laurence Michel

2022 – 38 minutes – produit par Alice Marsal – Les Films de la Pépinières

L’abstinence est le renoncement à la satisfaction d’une envie. Toute cessation de consommation alcoolisée doit être totale et définitive. En gros, j’ai pris perpette !
4801 nuits documente une introspection et une errance, une chute et une élévation, lors d’un voyage au cercle polaire. Une légende raconte que la nuit polaire conduit celles et ceux qui s’y aventurent entre raison et folie.

Un film documentaire lauréat de la bourse Brouillon d’un rêve de la Scam

Rémi Lainé, président de la Scam,
Giulia Amati et Les Films de l’œil sauvage,
ont le plaisir de vous inviter à la projection du film documentaire

Kristos, le dernier enfant
de Giulia Amati

2022 – 88 minutes – produit par Les Films de l’œil sauvage, Blink Blink Prod, Bad Crowd, ARTE France, E.R.T s.a, Aljazeera Documentary channel, Lyfta
Bourse « Brouillon d’un rêve » de la Scam

Sur l’île grecque d’Arki, vivent un millier de chèvres, trente habitants et, désormais, un seul enfant : Kristos, 10 ans, l’unique élève de Maria, dans la petite école qu’ont fréquentée avant lui ses grands frères, tous devenus bergers, comme leur père. L’institutrice voudrait voir Kristos poursuivre ses études au collège, mais il lui faudrait pour cela quitter l’île et rejoindre le continent par la mer.

Au programme de la 35e édition des États généraux du film documentaire, cinq films engagés qui ont été soutenus par le dispositif d’aide à la création de la Scam Brouillon d’un rêve, et le nouveau programme de la Nuit de la radio 2023 proposé par Judith Bordas.

Une fois de plus, la Scam vous convie à un grand voyage dans les limbes des brouillons devenus films. Voyage dans le temps, voyage intérieur, voyage lointain d’Alep à Ahmedabad. Des voyages qui « ouvrent une brèche de contradiction » comme le disait si joliment à propos du genre documentaire l’ami Jean-Louis Comolli, disparu l’an dernier – lui qui aimait le foisonnement de Lussas.

A propos de voyage, je voudrais m’attarder un instant sur Kadib Abyad – La Mère de tous les mensonges qui terminera avec éclat notre journée Brouillon d’un Rêve. Asmae El Moudir, sa réalisatrice, est casablancaise.  Elle se souvient depuis son tout-jeune âge d’un « besoin inné de raconter ». Sans doute son film vibrait-il déjà en elle sans même qu’elle le sache. « On a grandi ensemble », dit-elle. Il lui a fallu dix années pour le faire mûrir, pour « apprendre à raconter avec des images ». Le chemin de son rêve a été semé d’embûches, les sorcières et les bonnes fées étaient à l’affût. Asmae l’a porté en elle du Maroc au Sénégal, d’Ecosse en Italie, de Suisse aux Pays-Bas au gré des pitchs et des ateliers. Il y a eu des écritures, des réécritures, des aléas de production, des aides promises et jamais parvenues, d’autres trop modestes « pour un si grand rêve » même si tout était bon à prendre. Des prétendus sachants et sachantes ont tout remis en question. Il y a eu des moments de désespoir, des essaims de doutes et une force intérieure pour les esquiver : Asmae n’a jamais-jamais perdu de vue une petite étoile qui scintillait au bout du tunnel, le film à l’écran. Le Festival de Cannes a sélectionné Kadib Abyad pour Un Certain Regard. Asmae y a décroché le prix de la mise en scène puis dans la foulée, l’Œil d’or, le prix du documentaire créé par la Scam avec la complicité de Thierry Frémaux. Le voyage s’est poursuivi de festival en festival. Tchéquie, Afrique du sud en attendant Lussas. L’horizon s’élargit sans cesse, rien n’est désormais trop grand pour le rêve d’Asmae : lauréat de l’Œil d’or, La Mère de tous les mensonges est présélectionné pour les Oscars 2024. Asmae osait-elle l’imaginer quand toute petite elle éprouvait ce besoin de raconter ? Je dirais oui. Dix ans, elle n’a rien lâché. Asmae parle de « patience ». On pourrait dire « foi ». C’est surtout ce que l’on appelle être cinéaste.

Rémi Lainé, président de la Scam

Mardi 22 août à 17h30

Présentation du dispositif Brouillon d’un rêve Documentaire avec Lise Roure, responsable de l’aide à la création de la Scam (Bâtiment L’imaginaire).

Jeudi 24 août : Journée Scam | Brouillon d’un rêve (salle Scam)

Filmer l’autre côté du palier. Filmer comme un pacte scellé avec soi-même, avec sa ville, avec ses proches. Filmer la folle érudition d’un simple Monsieur. Filmer comme autant de subtils actes d’élévation, d’impertinence. La journée Brouillon d’un rêve vous convie à la découverte de cinq films remarquables, soutenus dès l’écriture par le dispositif d’aide à la création de la Scam.

Séance du matin à 10h15

Les sœurs Pathan de Eléonore Boissinot

(75’ – France – Dryade Films)

photo Eléonore Boissinot

Le Jardin des Hespérides de Elliott Mattiussi

(90’ – France – La Société des Apaches)

Le jardin des Hespérides ELLIOTT MATTIUSSI
photo Elliott Mattiussi

Séance de l’après-midi à 14h45

Le pacte d’Alep de Karim Serjieh

(103’ – France, Syrie, Qatar – Caractères Productions)

Le pacte d'Alep - KARIM SERJIEH
photo Karim Serjieh

Eredità de Jean-Luc Cesco

(61’ – France – Les Films de l’Aqueduc)

Eredita Jean-Luc Cesco
photo Jean-Luc Cesco

Séance de soirée à 21h15

Kadib Abyad (La Mère de tous les mensonges) d’Asmae El Moudir

(1h36’ – Maroc, Egypte – Insight Films, Fig Leaf Studios – Prix L’Œil d’Or Cannes 2023)

La mère de tous les mensonges Asmae El Moudir
photo Asmae El Moudir

Vendredi 25 août : La Nuit de la Radio 2023

La Nuit de la radio 2023 vous invite à une expérience d’écoute collective, à Saint-Laurent sous Coiron, casque sur les oreilles, pour découvrir Les morts ne l’entendent pas de cette oreille de Judith Bordas.

Cette promenade dans des extraits mythiques de la radio, issus des collections de l’INA, est une enquête sur notre manière d’accompagner les morts, de faire rite, pour leur permettre de devenir des morts heureux.

Sur pré-inscription à l’accueil public.

Samedi 26 août à 21h

A l’occasion de l’année du doc, Ciné concert La Fête sauvage avec les Percussions de Strasbourg.

La Fête Sauvage a nécessité plus de deux ans de tournage aux quatre coins de la planète, en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud, au réalisateur Frédéric Rossif pour créer cette ode à la nature et aux animaux qui la peuplent.

Le jury a retenu 6 projets cette année.
Bravo aux lauréates et lauréats de la bourse Brouillon d’un rêve Photographie et Dessin !

Les lauréates et lauréats

  • Présage Tirage Mirage de Laura Lafon (photographie)
  • Spiralkampagnen, la stérilisation forcée des femmes du Groenland de Juliette Pavy (photographie)
  • Coaltar de Clémentine Poquet (roman graphique)
  • Honorons l’Animal de Camille Sauvage (roman graphique)
  • La disparition d’Adrienne Surprenant (photographie)
  • La grande souris et le petit éléphant de Diandian (livre jeunesse)

Le Jury et le lectorat

Ces projets ont pu bénéficier du soutien de la Scam grâce à l’engagement des membres du lectorat et du jury, composés exclusivement d’auteurices. Un grand merci à Stanislas Barthelemy, Marlène Cotelette, Isabelle Chapuis, Justine Gury, Steven Wassenaar, Phouséra Ing, Sandra Reinflet, Pierre Cornilleau, Jacques Graf, Bénédicte Van Der Maar et Gérard Uferas

Le jury a retenu 9 projets cette année.
Bravo aux récipiendaires de la bourse Brouillon d’un rêve écritures et formes émergentes !

Les lauréates et lauréats

  • BENEATH de Ugo Arsac
  • Métae de Elisabeth Caravella
  • 67 millisecondes de Galdric Fleury et Antoine Fontaine
  • The Feral (Epoch 1) de Fabien Giraud et Raphaël Siboni
  • SkyGirls de Benjamin Goubet (première œuvre)
  • Les Cogitations de Jupiter de Sébastien Godard et Jupiter Moumouni Sodre
  • Never the same ocean de Virginie Ittah et Kaj Yoda
  • The Parliament of Owls de Lina Laraki
  • Dé-payser de Laure Nillus

Le Jury et le lectorat

Ces projets ont pu bénéficier du soutien de la Scam grâce à l’engagement des membres du lectorat et du jury, composés exclusivement d’auteurices.

  • Jury : Antonie Bergmeier, Géraldine Brézault, Nelson Bourrec Carter, Jean-Marc Chapoulie, Aymeric Colletta, Julie Desmet Weaver, Véronique Godé, Claudia Marschal, Marianne Rigaux.
  • Lectorat : Géraldine Brézault, Jean-Marc Chapoulie, Aymeric Colletta, Véronique Godé, Claudia Marschal, Marianne Rigaux, membres de la commission des Écritures et Formes Émergentes de la Scam.

La Scam et LCP-Assemblée nationale, poursuivent leur partenariat en faveur des talents émergents, et sont heureuses de dévoiler la lauréate de leur bourse 1er rêve 2023.

Sára Timár
Under the dance floor

Bourse Premier Rêve 2023
LCP-Assemblée nationale / Scam

Pour cette seconde édition Bourse Premier Rêve, nous avons choisi pour lauréate Sára Timár avec un premier film ambitieux Under the dance floor. Ce documentaire nous plonge dans la Hongrie d’hier et d’aujourd’hui à travers l’histoire de sa maison familiale et nous dévoile les secrets qu’elle abrite … Le jury s’est accordé autour de ce récit innovant, singulier et poétique à la fois.
Ce choix d’un cinéma documentaire a toute sa place sur LCP, qui s’autorise une variété d’écritures et des approches originales. Nous sommes fiers de pouvoir accompagner ce projet, en donnant sa chance à « Under the dance floor » et lui offrir ainsi une belle exposition.

Le jury*

Bourse 1er rêve LCP-Assemblée nationale/Scam

Chaque année, parmi les projets de premiers films soutenus par la Bourse Brouillon d’un rêve documentaire de la Scam, une bourse complémentaire dotée par LCP-Assemblée nationale est attribuée par un jury LCP-Assemblée nationale / Scam.

En qualité de coproducteur et primo-diffuseur, LCP-Assemblée nationale s’engage à faire un apport de 25.000 euros en numéraire sur un projet déjà accompagné par une société de production. Under the dance floor, Bourse 1er rêve 2023, est accompagné par Alter Ego Production.

*Isabella Pisani (Responsable unité documentaire et acquisitions LCP), Barbara Hurel (directrice des contenus LCP), Laurent Cibien (auteur, Jury Brouillon d’un rêve), Isabelle Rèbre (autrice, Jury Brouillon d’un rêve).

Contact presse

LCP-Assemblée nationale : c.lambret@lcpan.fr – 06 47 27 56 23
Scam : florence@lebureaudeflorence.fr – 06 86 50 24 51

Rémi Lainé, président de la Scam,
Lola Peuch et SURVIVANCE,
ont le plaisir de vous inviter à la projection du film documentaire

Faire le bois
de Lola Peuch

2022 – 45 minutes – produit par SURVIVANCE

Lauréat de la Bourse « Brouillon d’un rêve » de la Scam

Depuis la scène d’un théâtre de plein air dans le Bois de Boulogne, Heden, Claudia et Samantha, travailleuses du sexe, racontent le Bois comme leur lieu de travail. Par-delà leurs récits, les paysages de ce qui fut une forêt avant d’être transformé en promenade bourgeoise à la fin du 19ème siècle, accueillent les histoires d’une narratrice qui traverse le temps.

Rémi Lainé, président de la Scam,
Louis Aucoin et La Huit Production,
ont le plaisir de vous inviter à la projection du film documentaire

Paysans Cinéastes
de Louis Aucoin

2022 – 52 minutes – produit par La Huit Production et Cineam
Lauréat de la Bourse Brouillon d’un rêve de la Scam

Agriculteurs en Ile-de-France, ils ont filmé en 8 mm ou super 8 la vie de la ferme, le travail des champs, les fêtes de famille et de village. Des années 50 aux années 80, au fil de ces témoignages, se déroule une histoire du monde rural : on quitte un modèle paysan et familial pour l’agriculture industrielle d’exportation. Je tente de répondre à travers ces images familiales à mes propres interrogations sur notre futur agricole. Dans les années 50, les terres d’Ile-de-France nous nourrissaient.

Avec une présence musicale d’Arnaud Methivier