Les prix sonores de la Scam récompensent dans leur diversité les plus belles écritures radiophoniques. Cette mise en lumière encourage les plus jeunes et rend hommage aux autrices et auteurs confirmés. Ils seront remis aux trois lauréats, en ouverture de la Nuit de la radio, le jeudi 16 juin à la Scam.

Le Prix de l’ensemble de l’oeuvre radiophonique décerné à Jean Daive

Né en 1941 dans les Ardennes, Jean Daive est encyclopédiste, reporter, photographe, romancier, poète, homme de radio et directeur de revues. Il a publié plus de quarante livres et il est traducteur de l’allemand et de l’anglo-américain. C’est en 1975 qu’il entre à France Culture, participant aux Nuits Magnétiques dès leur création en 1978, ainsi qu’à la plupart des programmes de la chaîne confiés aux producteurs tournants, du Pays d’ici à À voix nue, en passant par les émissions spéciales de longue durée comme Un rêve américain, Franz Kafka, William Faulkner-Mississipi, Dylan Thomas. Son oeuvre radiophonique comprend de nombreux Grands Entretiens avec, entre autres, Julien Gracq, Jorge Luis Borges, Jean-Luc Godard, Jean-Marie Straub, Francis Ponge, Christian Boltanski, Marguerite Duras, James Baldwin, Robert Rauschenberg.

Jean Daive, Prix de l’ensemble de l’oeuvre radiophonique 2022 - Photo Benjamin Géminel / Hans Lucas

Le Prix de l’oeuvre sonore de l’année décerné à Péroline Barbet-Adda
pour Piste animale

52’13 – diffusion le 1er mars 2021, sur la RTBF La 1ère (Par Ouï dire)

Piste animale est un bestiaire subjectif et sonore. Un chassé-croisé intemporel humain/animal, avec un gonflement du réel, un effet de décalage, d’amplification et d’exagération.
Ce sont des histoires à suspens, où l’on arrive ou trop tôt, ou trop tard. Elles racontent ces bêtes qui résonnent dans le bois, ces oiseaux qui s’envolent vers les derniers confins, ou ces petits animaux qui rampent en lisière.
Que l’on entend, sans voir. Que l’on espère, sans vanité. Que l’on connaît à peine.

Péroline Babet-Adda est réalisatrice, créatrice sonore et productrice déléguée pour la radio et différentes structures patrimoniales. Elle assure la production artistique de disques et réalise des documentaires radiophoniques pour France Culture. Elle travaille notamment sur les musiques populaires et traditionnelles et ses productions mêlent archives, collectages et créations sonores. Sa démarche s’ancre dans une recherche ethnologique.

Péroline Barbet-Adda, Prix de l’oeuvre sonore de l’année 2022 - Photo Benjamin Géminel / Hans Lucas

Le Prix Découverte sonore décerné à Hajer Ben Boubaker
pour Une histoire du Mouvement des travailleurs arabes

4 x 55’ – diffusion du 18 au 21 octobre 2021, sur France Culture (LSD)

Pour cette série documentaire, Hajer Ben Boubaker replonge dans l’histoire méconnue de l’une des pierres angulaires des luttes antiracistes et sociales de la France, celle du mouvement des travailleurs arabes. Première organisation antiraciste autonome, le MTA et ses membres ont jalonné les luttes des années 1970 portant au cœur du débat public l’égalité entre immigrés et français. À l’heure du débat vivace autour de l’antiracisme, cette série propose de mettre en lumière l’histoire d’une décennie méconnue, entre la fin de la guerre d’Algérie et la marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983.

Diplômée en Histoire et Sciences Politiques de la Sorbonne et du Master Genre, Politique et Sexualité de l’EHESS, Hajer Ben Boubaker est actuellement chercheuse indépendante. Elle s’intéresse à l’histoire des musiques arabes et des luttes ouvrières de l’immigrations nord-africaine ainsi qu’aux politiques migratoires européennes et leurs influences dans les pays de la rive sud de la méditerranée. Elle est créatrice du podcast Vintage Arab qui interroge la place des transmissions culturelles et politiques en diaspora et qui s’attache à se réapproprier un patrimoine.

Hajer Ben Boubaker, Prix Découverte sonore 2022 - photo Benjamin Géminel / Hans Lucas

Contact presse

Astrid Lockhart – 06 73 84 98 27 – astrid.lockhart@scam.fr

Découvrez les 30 Étoiles de la Scam 2022 ! 30 films étoilés, en présence de leurs auteurices, rencontreront leur public lors du festival Vrai de Vrai du 4 au 6 novembre prochain au Forum des images (entrée libre).

Le 17e jury des Étoiles de la Scam était présidé par Cécile Allegra et composé de Jean Crépu, François-Xavier Destors, Auberi Edler et Jérôme Lambert.

 

143 rue du désert d’Hassen Ferhani

Ciné+ Club
Centrale Electrique, Allers Retours Films

1996, Hold-up à Moscou de Madeleine Leroyer, co-écrit avec Tim Toidze, création graphique de Léo Régeard

Arte
Point du Jour, Les films du balibari, Arte France
Avec la participation de RTS Radio Télévision Suisse

Akeji, le souffle de la montagne de Mélanie Schaan et Corentin Leconte

France 2
.Mille et Une. Films
Avec la participation de France Télévisions, TVR

La Caviar Connection de Benoît Bringer et Laurent Richard, réalisé par Benoît Bringer

Arte
Forbidden Films, Arte France
Avec la participation de RTS Radio Télévision Suisse, RTBF

La Chambre de Camille Vidal-Naquet

France 3 Paris Île-de-France
Slow Production
Avec la participation de France Télévisions, France 3 Paris Île-de-France

Cyrille, agriculteur, 30 ans, 20 vaches, du lait, du beurre, des dettes de Rodolphe Marconi

Canal+
Black Dynamite Films

Les Damnés de la Commune de Raphaël Meyssan d’après ses romans graphiques (Éditions Delcourt)

Arte
Cinétévé, Arte France
Avec la participation de TV5 Monde, Histoire TV

Le Dormeur éveillé de Boris Van der Avoort

RTBF — La Trois
YC Aligator Film, RTBF, CBA, GSARA

L’Expérience Ungemach, une histoire de l’eugénisme de Vincent Gaullier et Jean-Jacques Lonni, écrit par Vincent Gaullier, dessiné par Jean-Jacques Lonni

Histoire TV
Look at Sciences, Sancho & Co, France Télévisions — France 3 Grand Est
Avec la participation de Histoire TV

Ghofrane et les promesses du printemps de Raja Amari

Arte
Cinétévé, Arte France

*L’Hypothèse de Zimov de Denis Sneguirev

Arte
Arturo Mio, 13 Productions, Arte France, Take Five, RTBF, Ethnofund Film Company
Avec la participation de Ushuaïa TV, VRT, RTS Radio Télévision Suisse, Planete+ Poland

*Journal d’un médecin de ville de Nicolas Mesdom

Arte
Camera lucida, Les Films du Bal

Kounachir de Vladimir Kozlov

Vosges Télévision
Les Films du Temps Scellé, Les Docs du Nord
Avec la participation de Vosges Télévision

Marguerite Duras, l’écriture et la vie de Lise Baron

France 5
Les Nouveaux Jours Productions
Avec la participation de France Télévisions

Les Mots de la fin de Gaëlle Hardy et Agnès Lejeune

RTBF
Les Films de la Passerelle, RTBF, WIP Wallonie Image Production, Wallimage

Le Mystère Satoshi, aux origines du Bitcoin de Rémi Forte, écrit par Rémi Forte et Julien Goetz

Youtube
IKO, Arte France

*Nous la mangerons, c’est la moindre des choses d’Elsa Maury

Tënk
CVB, Chuck Productions, CBA, GSARA

Nuremberg, des images pour l’histoire de Jean-Christophe Klotz

Arte
Zadig Productions, Schulberg Productions, KG Productions
Avec la participation de Arte France

Petites de Pauline Beugnies et Léo Parmentier

RTBF — La Trois
Rayuela Productions, Diplodokus, RTBF, WIP Wallonie Image Production

Préliminaires de Julie Talon, écrit par Julie Talon et Mathieu Horeau, animation de Bérangère Lallemant

Arte
Les Films d’Ici, Arte France

Quelque chose qui vit et brûle de Giovanni Donfrancesco

Arte
Bocalupo Films, Altara Films, Rai Cinema, Arte France

Reconquérir l’école d’Emmanuel Segaut, écrit par Laetitia Kugler et Emmanuel Segaut

LCN-La Chaine Normande
EKLA Production, Vià93, LCN-La Chaine Normande

René Carmille, un hacker sous l’occupation de Youssr Youssef

Public Sénat
Tournez S’Il Vous Plaît, Public Sénat

Retour à Reims [fragments] de Jean-Gabriel Périot, d’après Retour à Reims de Didier Eribon (Fayard)

Arte
Les Films de Pierre, Arte France, INA

Salvator Mundi. La stupéfiante affaire du dernier Vinci d’Antoine Vitkine

France 5
Zadig Productions
Avec la participation de France Télévisions

*La Terre de Gevar de Qutaiba Barhamji

Lyon Capitale TV
Haut les Mains Productions, Lyon Capitale TV

Tuer l’indien dans le cœur de l’enfant de Gwenlaouen Le Gouil

Arte.tv
TV Presse Productions, Arte GEIE
Avec la participation de la RTBF

Vibrato, l’écoute des victimes du Bataclan de Jérémy Leroux

Public Sénat
Day For Night, Public Sénat, Vosges Télévision
Avec la participation de Alsace 20, Moselle TV, Canal 32, Vosges Télévision

Vivre en pays taliban de Margaux Benn et Solène Chalvon-Fioriti

Arte
Arte GEIE, Caravelle Productions, France 24

William et les fantômes de Jean-Marie Châtelier

France 3 Normandie
Scotto Productions, France Télévisions – France 3 Normandie

 

*Ce film a été soutenu à l’écriture par la bourse Brouillon d’un rêve de la Scam.

Le Jury a également décerné deux Prix audiovisuels

Prix du documentaire 2022

Silent voice de Reka Valerik, coécrit avec Anais Llobet
TV7 Bordeaux
Dublin Films, Need productions, Maelstrom Studios

Prix du Grand reportage 2022

On the line, les expulsés de l’Amérique de Alex Gohari, Leo Mattei, Matthieu Besnard 
France 2
Brotherfilms

Contact presse

Astrid Lockhart – astrid.lockhart@scam.fr – +33 1 56 69 64 05
2e Bureau – festivaldesetoiles@2e-bureau.com – +33 1 42 33 93 18

Contact Étoiles

Carine Bled-Auclair – carine.bled-auclair@scam.fr
Alessandra Valente – alessandra.valente@scam.fr

Quand les fils des destinées se croisent… Marguerite Yourcenar fut la première femme admise à l’Académie française le 6 mars 1980. Chantal Thomas, lauréate de notre Prix Marguerite Yourcenar 2022, a rejoint les rangs de l’Académie française, le 16 juin. La romancière Simonetta Greggio nous entraîne dans le sillage de l’œuvre multiple de Chantal Thomas.

Je nageais au milieu des vagues de la Méditerranée lorsque j’ai pensé à vous, chère Chantal Thomas. J’ai pensé qu’il fallait que j’efface ce que j’avais écrit et que je recommence autrement le texte qui parle de vous et de vos livres. J’ai pensé que tout ce qui est convenu ne vous correspond pas.

J’ai pensé que vos yeux sont exactement de la couleur de l’eau de mer dans laquelle j’étais plongée, d’azur avec un liseré bleu.

J’ai pensé que ce prix Marguerite Yourcenar dont la Scam récompense l’œuvre entière d’un écrivain tombe à point pour vous découvrir ou redécouvrir, parce que Yourcenar avait cette même urgence que vous de comprendre, de formuler. De raconter, de s’amuser. D’être libre et de rendre au lecteur sa liberté.

Et puis, j’ai pensé qu’il fallait vous laisser la parole :

S’offrir aux caresses, voir et revoir La Nuit, la Voie Lactée, Profession Reporter, Catherine Deneuve dans Belle de Jour et Humphrey Bogart dans Casablanca, boire du champagne et des margaritas, marcher dans Central Park, y faire du patins à glace, s’ acheter des jacinthes des chaussures et des billets d’avion, essayer des chapeaux, rêver sur des kimonos, emplir sa chambre de fleurs des champs, la livrer au plus grand désordre, en faire l’antre de métamorphoses, changer d’adresse comme de chemise, se souvenir de ses rêves, ne pas s’empêcher de pleurer, parler avec des inconnus, s’enfuir des conférences et des théâtres où l’on s’ennuie, prendre au hasard n’importe quel autobus, lire au lit, se peindre les ongles, descendre en plein soleil dans la poudreuse des pentes qui n’en finissent pas, manger des cerises, nager dans toutes les mers du monde.

Il y a chez vous ce charme de vivre comme on marche, on skie, on glisse, on embrasse, on fait l’amour, on boit de l’eau et du vin ; pour chacune, et à chacune, de ces actions, vous donnez le temps et le sens qui conviennent. Et le respect. Et la dignité. L’acte est un, définitif mais renouvelable tant qu’on foule cette terre, tant qu’on respire – tant qu’on peut – car s’il y a, parmi les merveilles de votre écriture, une vertu qui saute promptement aux yeux, c’est le désir. Un désir qui déborde du cadre, qui saute dans une marelle sur un pied, qui avale le lecteur dans un sourire, gourmandise plus forte que tout.

car s’il y a, parmi les merveilles de votre écriture, une vertu qui saute promptement aux yeux, c’est le désir. Un désir qui déborde du cadre, qui saute dans une marelle sur un pied, qui avale le lecteur dans un sourire, gourmandise plus forte que tout. 

Simonetta Greggio

Le mystère Chantal Thomas

Née à Lyon en 1945, directrice de recherches au CNRS, vous multipliez les facettes d’un répertoire qui vous voit tour à tour romancière, essayiste, scénariste et auteur de pièces de théâtre. Férue du XVIIIe siècle, – votre siècle d’élection, ennemi du pathos et de la morbidité, branché quoi qu’il en coûte sur une musique de Vivaldi ou de Mozart – vous avez écrit sur Sade, Casanova, Marie Antoinette et ses contemporains. C’est d’ailleurs avec Les Adieux à la Reine, roman émouvant sur les derniers jours de Versailles, délicieusement porté au cinéma, que vous avez reçu le Prix Femina et vous avez été connue – ou devrait-on plutôt dire reconnue ? – du grand public.

Mais c’est également au moment où la lumière vous frappe que votre mystère s’épaissît. Comment faites-vous pour suivre pas à pas la jeune Agathe, lectrice personnelle de Marie Antoinette, dans cette quête éperdue de sa Reine, une femme à laquelle elle voue la dévotion que l’on voue aux Saints ? Avez-vous vous eue une autre vie, parallèle ou plus ancienne, dans laquelle vous fouliez les marbres de Versailles en compagnie de ces personnes que vous semblez connaître si bien ?

Tout ce qui se passe dans ces pages est magique, intense, surnaturel. L’on sort de cette lecture avec l’impression exacte d’un visage que l’on aurait, par l’entremise de votre héroïne, connu, et par son biais, adoré.

Simonetta Greggio

L’on en sort les narines à l’affut des fleurs que la Reine affectionnait, les oreilles attentives à l’écho des pas des courtisans dans les nuits d’avant le massacre, le cœur affolé par l’imminence de la Terreur. A la fin, Agathe est sauvée. La Reine est perdue. Gabrielle de Polignac, la favorite de Marie Antoinette, meurt le cœur brisé à Vienne peu de temps après. Nous sommes ravis et en voulons plus. Et nous en aurons plus encore, avec L’Echange des Princesses et le Testament d’Olympe, remarquables de sensualité, où les mots justes voisinent les mots crus – non, vous ne nous laissez pas oublier que vos premières amours, auprès de Roland Barthes à l’époque de votre fréquentation de son séminaire légendaire de la rue de Tournon, furent Sade et les libertins. Dans votre texte Sade, la dissertation et l’orgie, vous disséquez allègrement ces phrases dont vous dites que vous étiez, à l’origine, incapable de les situer dans un contexte d’histoire littéraire ou politique. De l’avoir fait, continuez-vous, n’a en rien diminué, relativisé ou même expliqué la puissance phantasmatique. Vous nous faites partager aussi la réaction de Barthes lorsque vous lui avez fait part de votre projet :

Son visage s’était voilé d’une très grande lassitude, puis, pendant deux ans, nous n’en avons plus jamais parlé. Quand je lui envoyais des chapitres, il me répondait, sur des cartes postales, par quelques mots brefs et délicats, aussi courtois qu’allusifs.

Vous concluez par l’exquis : Barthes n’aidait pas.

La débauche sadienne, l’aventure (masochiste & malicieuse) Casanovienne autour de laquelle vous écrivez par la suite – Casanova, un voyage libertin – vous intriguent et vous réjouissent – vous jouez avec nos nerfs, et avouez que vous prenez plaisir à nous lâcher la main au milieu de vos monstres, à nous mener par le bout du nez – à faire de nous, enfin, vos jouets, avec vos mots à tiroir : (…) cette formule qu’utilise Casanova pour (ne pas) faire l’amour : donner le bonjour ! Un bonjour en passant, si rapide qu’il confine à l’au revoir.

Fragments d’un discours amoureux

Si on vous connaît plus particulièrement pour vos romans où, parfaitement à l’aise avec dates, repères, usages, étiquettes, noms de familles et petits noms, décors et lieux, vous déroulez le quotidien de vos héroïnes dans un Paris d’antan, dans un Lyon du bord de fleuve, dans un Potager du Roy enchanteur et perdu, vous surprenez ensuite les lecteurs par vos livres et vos essais plus personnels. Dans Souvenirs de la marée basse, un récit intime curieusement fragmenté, vous racontez une enfance, la vôtre, un père et une mère, une meilleure amie. Tout est doux, cruel, tendu, tendre. Sensitif, entre bleu turquoise de l’eau et bleu plus léger du ciel. Bleus, ciel et mer, mer et mère. Vous reprenez ce même fil – rouge dans le bleu – avec De Sable et de Neige, admirable possibilité d’un désastre. Vous passez de Colette à Pontalis, de Barthes (encore et toujours) à Tanizaki, de Sardanapale à Madame Du Deffand, de Delacroix à Proust, des huitres d’Arcachon aux huitres de Kyoto, toutes nues dans des pots transparents. Votre mère est là, votre mère à laquelle vous revenez d’une manière ou d’une autre dans chacun de vos livres, et votre père aussi, qui se meurt trop jeune un 2 janvier de vos seize ans, et nous fait pleurer de votre chagrin, tant vous nous tenez près de vous par le cœur et l’esprit. Ce père mort de silence comme on meurt de solitude ou de faim, père de l’écrivaine que vous êtes devenue – toutes ces photos de la petite fille que vous étiez, de la beauté qui vous entourait, celle de la nature et celle de vos parents, par laquelle les mots vivent, jalonnent et ponctuent les chapitres de vos Traits et Portraits.

Je nageais dans la Méditerranée lorsque j’ai pensé à vous. A vous, qui vous êtes autorisée la première personne avec vos derniers livres – intime enfin légitimé et partagé. Je pensais que, vagabonde adoucie, sensuelle et cérébrale, votre étreinte littéraire s’est faite joyeuse, lumineuse. Transparente comme certaines eaux. J’ai aussi pensé que tout ce qui est conventionnel, n’est pas vous. La passion vous habite comme on nage, comme on respire. Et comme on écrit, bien sûr. Une utopie.

Mais c’est cela qui nous anime, n’est-ce pas ? C’est cela qui nous fait glisser dans les vagues les yeux ouverts, même si ça pique comme des larmes, même si le sel mange la peau.

Merci pour tout cela, chère, très chère, Chantal Thomas.

Simonetta Greggio, romancière est membre de la commission de l’écrit de la Scam.

La Scam affirme la place singulière des auteurs et des autrices dans la société. Astérisque en est le porte-voix.

Le film documentaire, « Chine : le drame Ouïghour » de François Reinhardt et Romain Franklin « Chine : le drame ouïghour » a reçu le Prix Scam de l’investigation au festival FIGRA 2022.

Ce Prix a été décerné dans la sélection officielle – compétition internationale + de 40 minutes, par le jury présidé par Reda Benjelloun, directeur des Magazines d’Information et des documentaires à TV 2M (Maroc)et composé de la journaliste Violaine Vermot-Gaud, membre de la commission de la Scam, du journaliste et producteur Jacques Aragones, du réalisateur Léo Mattei et du producteur Paul Pauwels.

Chine : le drame Ouïghour
de François Reinhardt et Romain Franklin

2021 – 105’ – Yuzu Productions, Découpages et Arte G.E.I.E.
Avec la participation de la RTBF, la RTS – Radio Télévision Suisse et le soutien de la Région Île-de-France, du CNC, de la Procirep et de l’Angoa

Plus d’un million de personnes internées arbitrairement, tortures, travail forcé, destructions culturelles, interdiction de parler leur langue et « rééducation » des enfants comme des adultes, stérilisations forcées… La politique inouïe que mène la Chine au Xinjiang à l’égard de la population ouïghoure et des autres minorités musulmanes de cette région du nord-ouest du pays s’apparente à un génocide. Mêlant archives, témoignages bouleversants de rescapés des camps de détention et décryptages d’experts, chinois et étrangers, ce documentaire met au jour l’ampleur et les multiples méthodes d’une répression sans précédent depuis la Seconde Guerre mondiale.

Les coulisse de l’enquête


L’Œil d’Or Jury Agnieszka Holland, Iryna Tsilyk, Pierre Deladonchamps, Alex Vicente, and Hicham Falah reached their decision awarding L’Œil d’Or to

L’Œil d’or 2022
All that breathes by Shaunak Sen

(India / USA / UK –1h34’ – SÉLECTION OFFICIELLE – SÉANCES SPÉCIALES)
Production Kiterabbit films, Rise films.

In Delhi, in an unbreathable atmosphere, the threat of interreligious massacres floats in the air. Two brothers, Nadeem and Saud, along with their assistant dedicate their lives to save the majestic migratory black kites that are destroyed by human madness.

« L’Oeil d’or goes to a film that, in a world of destruction, reminds us that every life matters, and every small action matters. You can grab your camera, you can save a bird, you can hunt for some moments of stealing beauty, it matters. It’s an inspirational journey in observation of three Don Quijotes who may not save the whole world but do save their world. »

Jury’s note

Jury’s Special Award
Mariupolis 2 by Mantas Kvedaravičius

Lithuania / France / Germany – 112’ – SÉLECTION OFFICIELLE – SÉANCES SPÉCIALES
Easy riders films, Studio Uljana Kim, Extimacy films, Twenty vision filmproduktion Gmbh

« Do you know what was the most amazing thing in Mariupol? Nobody feared death (…). It was already there, and everyone was seeking a valuable death (…). It was paradise in hell. It was the smell of death upfront. » (Shooting notes).

« Our special prize. It goes to the film impossible to compare with any other from the competition. To the very radical, courageous, artistic and existential statement MARIUPOLIS  2. The director Mantas Kvedaravičius is among the thousands of civilians killed by the Russian army since the start of the full-scale Putin invasion. »

Jury’s note

CONTACTS PRESSE : Florence Narozny / Mathis Elion – florence@lebureaudeflorence.fr – T:+33(0)6 86 50 24 51

The L’Œil d’or – Documentary Award (€5,000 prize)  was created in 2015 by LaScam (French-speaking authors’ society) in collaboration with the Festival de Cannes .

Jury oeil d'or 2022
Jury 2022 - photo Benjamin Géminel / Hans Lucas

Jury L'Oeil d'or 2022 - photo Benjamin Géminel / Hans Lucas

Shaunak Sen, L'Œil d'or 2022 - photo Benjamin Géminel / Hans Lucas

Shaunak Sen, L'Œil d'or 2022 - photo Benjamin Géminel / Hans Lucas

Shaunak Sen, L'Œil d'or 2022 - photo Benjamin Géminel / Hans Lucas

Le Jury de L’Œil d’Or, présidé par Agnieszka Holland et composé de Pierre Deladonchamps, Hicham Falah, Iryna Tsilyk, Alex Vicente a décerné lors du festival de Cannes

L’Œil d’or 2022
All that breathes de Shaunak Sen

(Inde / Etats-Unis / Royaume-Uni –1h34’ – SÉLECTION OFFICIELLE – SÉANCES SPÉCIALES)
Production Kiterabbit films, Rise films.

A Delhi, dans une atmosphère irrespirable de fin du monde, avec dans l’air la menace des massacres interreligieux, deux frères, Nadeem et Saud, mettent tout en œuvre pour sauver des milans noirs, majestueux rapaces migrateurs, victimes de la folie des hommes.

« L’Œil d’or récompense un film qui, dans un monde de destruction, nous rappelle que chaque vie compte. Attraper une caméra, sauver un oiseau, chasser quelques moments de beauté volée, tout cela importe. C’est un voyage inspirant, une observation de trois Don Quichotte qui, à défaut de sauver le monde entier, vont sauver le leur. »

Le mot du jury

Prix Spécial du Jury
Mariupolis 2 de Mantas Kvedaravicius

Lituanie / France / Allemagne – 112’ – SÉLECTION OFFICIELLE – SÉANCES SPÉCIALES
Easy riders films, Studio Uljana Kim, Extimacy films, Twenty vision filmproduktion Gmbh

« Vous savez ce qu’il y avait de plus incroyable à Mariupol ? Personne n’avait peur de la mort (…). [Elle] était déjà là, et tout le monde voulait une mort valable (…). C’était le paradis en enfer. C’était l’odeur de la valeur nue de la mort. » (Notes de tournage)

« Notre Prix Spécial récompense un film comparable à aucun autre dans la compétition. MARIUPOLIS 2 est une déclaration radicale, courageuse, artistique et existentielle. Le réalisateur Mantas Kvedaravicius fait partie des milliers de civils tués par l’armée russe depuis le début de l’invasion à grande échelle voulue par Poutine. »

Le mot du jury

L’Œil d’or – Le Prix du documentaire a été créé en 2015 par la Scam avec la complicité du Festival de Cannes. Il est doté de 5000 euros.

CONTACTS PRESSE : Florence Narozny / Mathis Elion – florence@lebureaudeflorence.fr – T:+33(0)6 86 50 24 51

Jury oeil d'or 2022
Jury 2022 - photo Benjamin Géminel / Hans Lucas

Jury L'Oeil d'or 2022 - photo Benjamin Géminel / Hans Lucas

Shaunak Sen, L'Œil d'or 2022 - photo Benjamin Géminel / Hans Lucas

Prix Spécial du jury de L'Oeil d'or 2022 - photo Benjamin Géminel / Hans Lucas

Shaunak Sen, L'Œil d'or 2022 - photo Benjamin Géminel / Hans Lucas

Cette année, 25 films documentaires sont présentés au Festival de Cannes dont 18 films en compétition pour l’Œil d’or – Le Prix du documentaire. L’occasion pour la Scam de saluer le cinéma documentaire  du 17 au 28 mai,  avec des rencontres professionnelles et la remise du Prix 2022.

L’Œil d’or – Le Prix du documentaire 2022

Ce Prix, créé par la Scam avec la complicité du Festival de Cannes en 2015, récompense un film présenté dans les sections cannoises : Sélection officielle (Compétition, Un Certain Regard, Hors compétition et Séances de Minuit, Séances Spéciales, Courts métrages, Cannes Classics), Quinzaine des Réalisateurs et Semaine de la Critique.
Le jury présidé par Agnieszka Holland et composé de Iryna Tsilyk, Pierre Deladonchamps, Alex Vicente et Hicham Falah décernera son Prix  samedi 28 mai à 11h au Salon des Ambassadeurs.

L’Œil d’or figure désormais sur la liste officielle des prix éligibles à la catégorie long-métrage documentaire de l’Académie des Oscars.

Rencontre Pro de l’Acid en partenariat avec La Scam

Lundi 23 mai à 15h30
Entre audiovisuel et cinéma, quels choix de production pour les documentaristes ?

Loin de leurs pratiques, dès l’écriture, les cinéastes documentaires sont confrontés à un choix de production : œuvre cinéma ou œuvre audiovisuelle ?

Une rencontre modérée par Hervé Rony (Scam), en présence des cinéastes Julie Bertuccelli (sous réserve) et Reza Serkanian, et de Fabrice Puchault (ARTE). 

Temps forts de la Scam au Doc Day, mardi 24 mai

Le Doc Day est organisé par Cannes Docs-Marché du Film, avec le soutien de Doc Alliance et Participant, et en association avec l’Œil d’or, DAE – Documentary Association of Europe, le CNC, l’ACID et Unifrance.

Rencontres créatives vers l’inconnu – Réaliser Polaris de Ainara Vera (ACID Cannes 2022)

L’histoire de deux sœurs, Hayat et Leila, dont les vies opposées vont se réunir à l’occasion de la naissance d’un enfant. Une histoire de famille et de résilience, avec l’Arctique pour toile de fond.
Une rencontre animée par Marion Schmidt (Co-fondatrice de DAE) en présence de la réalisatrice Ainara Vera et des producteurices Clara Vuillermoz (Point du Jour – Les films du Balibari) & Emile Hertling Péronard (Ánorâk Film).
Le film, lauréat de la bourse brouillon d’un rêve de la Scam et de l’IdfaAcademy,  sera projeté en clôture du DocDay.

Entretien avec Agnieszka Holland

La cinéaste et présidente du Jury de l’Œil d’or 2022 échangera avec Pauline Durand-Vialle (Directrice générale de la Fédération européenne des réalisateurs d’écran).

Le jury décerné à l’issue de la Soirée Tendances 2022 le Prix Scam de L’Œuvre institutionnelle à Alexandra Kandy Longuet pour Chasser les dragons et une mention spéciale à Louise Touron pour Rayon X.

Prix de L’Œuvre institutionnelle 2022

Chasser les dragons d’Alexandra Kandy Longuet

59’11 – 2021 – Dérives

Refuge inespéré fait de préfabriqués au cœur d’une cité ardente, la salle de consommation est ouverte chaque jour de l’année. Car il en est de certaines choses qui ne connaissent ni répit, ni repos, ni trépas. On y revient encore et encore car ici, enfin, on est quelqu’un.

Biographie

Diplômée de l’École Nationale Supérieure d’Arts de Paris-Cergy et de l’Université de Paris III, Alexandra Kandy Longuet participe à plusieurs expositions avant de partir pour l’Argentine. Elle se forme ensuite au cinéma en Belgique. As she left, son premier film, reçoit le Grand Prix du Festival Message to Man et est sélectionné dans de nombreux festivals. Elle est lauréate en 2017 d’une Étoile de la Scam pour Nouvelle-Orléans, laboratoire de l’Amérique. Son dernier long-métrage Vacancy reçoit le prix du meilleur documentaire international au Festival de Jihlava en 2019 et une Étoile de la Scam en 2020. Elle réalise également des documentaires radio, pour la RTBF et France Culture.

Mention spéciale

Rayon X de Louise Touron

2’50 – 2021 – Médecins Sans Frontières – Gobelins, l’école de l’image

Une machine à rayon X utilisée par les médecins de MSF parle à travers des radiographies, des blessures et des fragments d’histoires.

Biographie

Née au Cambodge et ayant grandi en Chine avant de finir sa scolarité en France, Louise Touron est une designer graphique numérique touche à tout, fraîchement diplômée des Gobelins en Motion Design, après avoir étudié à l’ENSAAMA Olivier de Serres.

Le jury était composé de :

Stéphan Moszkowicz (lauréat du prix 2021 pour Au cœur du management), Brigitte Bouillot, Gilles Cayatte, Aymeric Colletta et Caroline Swysen.


26 documentaires cette année à Cannes dont 19 films en compétition pour l’Œil d’or – Le Prix du documentaire. Une programmation riche pour le jury présidé par Agnieszka Holland et composé de Iryna Tsilyk, Pierre Deladonchamps, Alex Vicente et Hicham Falah.
Le jury de l’Œil d’or remettra son Prix le samedi 28 mai à 11h au Salon des Ambassadeurs.

Sélection officielle

Séances spéciales

All That Breathes de Shaunak Sen – India

For the Sake of Peace de Christophe Castagne et Thomas Sametin – USA, France

Jerry Lee Lewis : Trouble in Mind de Ethan Coen – USA

Mariupol 2 de Mantas Kvedaravicius – Lithuania, France, Germany

Mi País Imaginario de Patricio Guzmán – Chile, France

The Natural History of Destruction de Sergei Loznitsa – Ukraine

Riposte féministe de Marie Perennès, Simon Depardon – France

Salam de Mélanie « Diam’s », Houda Benyanima, Anne Cissé – France

Séances de minuit

Moonage Daydream de Brett Morgen – USA

Cannes classics

Gérard Philipe, le dernier hiver du Cid de Patrick Jeudy – France

Hommage d’une fille à son père de Fatou Cissé – Mali

Jane Campion, la Femme Cinéma (Jane Campion, The Cinema Woman) de Julie Bertuccelli – France

L’Ombre de Goya par Jean-Claude Carrière de José Luis Lopez-Linares – France, Spain, Portugal

Official Film of the Olympic Games Tokyo 2020 Side A Le film officiel des Jeux Olympiques de Naomi Kawase – Japan

Patrick Dewaere, mon héros (Patrick Dewaere, My Hero) d’Alexandre Moix – France

Romy, femme libre (Romy, A Free Woman) de Lucie Cariès et Clémentine Déroudille, réalisé par Lucie Cariès – France

Cinéma de la plage

Christophe… définitivement (Christophe… Definitely) d’Ange Leccia, Dominique Gonzalez-Foerster – France

Quinzaine des réalisateurs Director’s fortnight

Les Années Super 8 (The Super 8 Years) de Annie Ernaux, David Ernaux-Briot – France

De Humani Corporis Fabrica de Véréna Paravel, Lucien Castaing-Taylor – France

Hors compétition œil d’or

Atlantic Bar de Fanny Molins – France ACID

La Colline de Denis Gheerbrant, Lina Tsrimova – France, Belgium ACID

How To Save A Dead Friend de Marusya Syroechkovskaya – Sweden, Norway, France, Germany ACID

Polaris d’Ainara Vera – France, Greenland ACID

Semaine de la critique Court-métrage

Dang Wo Wang Xiang Ni De Shi Hou (Will You Look At Me / Regarde-Moi) de Shuli HUANG – China

Quinzaine des réalisateurs Director’s fortnight Courts-métrages

Aribada de Simon(e) Jaikiriuma Paetau, Natalia Escobar – Germany, Colombia

As Time Passes de Jamil McGinnis

Contacts

Presse – Florence Narozny / Mathis Elion  – florence@lebureaudeflorence.fr  – T : +33 6 86 50 24 51
Scam – Astrid Lockhart – astrid.lockhart@scam.fr – T : +33 6 73 84 98 27

Découvrez les sept ouvrages sélectionnés cette année par le jury !

Doté de 5.000 €, ce prix, à la croisée du texte et de l’image, récompense un récit dessiné interrogeant le réel. L’ouvrage primé doit être écrit et illustré par un seul auteur ou autrice.
Pour cette sixième édition, le jury composé de Pierre Cornilleau, Simonetta Greggio, Pascal Ory, Lucie Quéméner (lauréate 2021), Téhem (mention 2021) choisira l’œuvre lauréate parmi la sélection suivante :

– Les Amants de Shamhat de Charles Berberian, Éditions Futuropolis
– Le regard d’un père de Laurent Bonneau, Des ronds dans l’O
Moon River de Fabcaro, 6 Pieds sous terre éditions
– La jeune femme et la mer de Catherine Meurisse, Dargaud
– Du bruit dans le ciel de David Prudhomme, Éditions Futuropolis
– Shanghai chagrin de Léopold Prudon – L’Association
– René.e aux bois dormants d’Elene Usdin – Sarbacane Éditions

La Scam représente les autrices et les auteurs d’œuvres écrites, audiovisuelles, radiophoniques, journalistiques, photographiques, illustrées et multimédia, dont elle gère les droits. Elle mène une action culturelle diverse et ambitieuse, soutient de nombreux festivals et délivre des bourses d’aide à la création. Elle décerne chaque année de nombreux prix, notamment dans le domaine de l’écrit : le Prix Marguerite Yourcenar, le Prix Joseph Kessel, le Prix François Billetdoux et le Prix du Récit dessiné.

Contact

Infos Prix – caroline.chatriot@scam.fr
Presse – astrid.lockhart@scam.fr