Nous, cinéphiles, spectateurs du monde entier, cinéastes documentaristes, sommes en deuil aujourd’hui ! Un grand homme vient de mourir ce vendredi 4 février 2022. Un homme par qui notre passion pour le cinéma, la vie, la démocratie, le dialogue, s’était construite là-bas, dans un petit village d’Ardèche ! C’était un grand homme bâtisseur d’une cité, Lussas, où avec son copain de l’école communale Jean-Marie Barbe, il n’a cessé de permettre à l’une des capitales du cinéma documentaire de s’établir.

Il s’appelait Jean-Paul Roux, c’était le maire de Lussas depuis 1987, il y avait protégé et développé l’agriculture et crée un des plus grands pôles du cinéma documentaire du monde, avec les États généraux du film documentaire depuis 1989.

Ces deux amis se sont battus côte à côte pour rendre la culture populaire, pour démontrer qu’on peut cultiver ses terres et son intelligence d’un même mouvement, que le cinéma documentaire est celui que les jeunes considèrent comme le leur…

Jean-Paul Roux, agriculteur, maire et président de la communauté de communes a passé sa vie à défendre l’intérêt général, à privilégier l’agriculture et la culture.

À Lussas chaque rue porte la trace de son œuvre.

Que les majorités politiques, que les modes puissent changer ne doit pas détruire les infrastructures construites pour les citoyens, qu’ils soient agriculteurs ou cinéphiles.

Aujourd’hui nous regardons l’immense œuvre de ces deux hommes avec la crainte qu’elle vacille…. Il nous faut l’admirer et la continuer.

Les cinéastes documentaristes du monde entier sont venus à Lussas et Lussas a rayonné sur tous les continents.

De ce couple fertile le maire paysan et l’homme de culture il reste Jean Marie Barbe, infatigable créateur, rêveur et visionnaire dont tant de jeunes ont reçu la vocation.

Nous devons lui rappeler notre soutien malgré ce deuil afin que le miracle Lussas perdure.

Signataires

Olivier Barlet, journaliste
Emma Benestan, cinéaste
Malek Bensmail, cinéaste
Saskia Berthod, monteuse
Simone Bitton, cinéaste
Catherine Bizern, déléguée générale du Cinéma du Réel
Florence Bon, monteuse
Claudine Bories, cinéaste
Sophie Bredier, cinéaste
Agnès Bruckert, monteuse
Dominique Cabrera, cinéaste
François Caillat, cinéaste
Patrice Chagnard, cinéaste
Patric Chiha, cinéaste
Xavier Christians, cinéaste
Cléo Cohen, cinéaste
Jean Louis Comolli, cinéaste et écrivain
Richard Copans, cinéaste
Didier Cros, cinéaste
Jacques Deschamps, cinéaste
Vincent Dieutre, cinéaste
Alice Diop, cinéaste
Claire Doyon, cinéaste
Jean-Pierre Duret, ingénieur du son et cinéaste
Olivier Dury, cinéaste
Hassen Ferhani, cinéaste
Thierry Garrel, ancien directeur de l’Unité documentaire d’Arte
Emmanuel Gras, cinéaste
Denis Gheerbrandt, cinéaste
Jean-Marie Gigon, producteur
Dominique Gros, cinéaste
Henri François Imbert, cinéaste
Rebecca Houzel, productrice et coprésidente de l’association des amis du réel
Yves Jeuland, cinéaste
Rémi Lainé, président de la Scam
Arnaud Lambert, critique et cinéaste
Vladimir Léon, cinéaste
Pierre-Oscar Lévy, cinéaste
Alain-Paul Mallard, écrivain et cinéaste
Stéphane Mercurio, cinéaste
Arnaud de Mezamat, producteur et cinéaste
Eugénie Michel Vilette, productrice
Avi Mograbi, cinéaste
Mariana Otero, cinéaste et coprésidente de l’association des amis du réel
Julie Paratian, productrice
Claudio Pazienza, cinéaste
Yves de Perretti, cinéaste
Alexe Poukine, cinéaste
Catherine Rascon, monteuse
Isabelle Rèbre, cinéaste
Félicie Roblin, productrice et Vice-présidente de la commission TV Procirep
Benoît Rossel, cinéaste
Anna Roussillon, cinéaste
Carine Ruzniewski, productrice
Régis Sauder, cinéaste
Stefano Savona, cinéaste
Margaux Serre, monteuse
Claire Simon, cinéaste
Reza Serkanian, Cinéaste
Mehran Tamadon, cinéaste
Mathias Théry, cinéaste
Gilles Trinques, cinéaste
Catalina Vilar, cinéaste
Maxence Voiseux, cinéaste
Yolande Zauberman, cinéaste

La Scam partenaire de Longueur d’ondes, vous donne rendez-vous à Brest pour quatre jours de festivités et de nouvelles expériences sonores !

En tête-à-tête avec « Brouillon d’un rêve sonore »

Jeudi 27 janvier, de 14h à 18h et vendredi 28 janvier, de 9h30 à 12h30
Place des Machines – Ateliers des Capucins

Vous avez un projet de création documentaire et souhaitez le présenter à la bourse Brouillon d’un rêve, l’aide à l’écriture de la Scam ? Vous doutez de l’éligibilité de votre projet ? Vous avez besoin de conseils et voulez comprendre la philosophie, la ligne éditoriale de Brouillon d’un rêve et vous assurer de frapper à la bonne porte ? Lise Roure, responsable de l’aide à la création Brouillon d’un rêve, vous reçoit individuellement pour vous orienter au sein de ce dispositif.

Inscription obligatoire sur evenementbdr@scam.fr, avant le lundi 24 janvier à 12h.

Panorama – La Scam et les auteurices du sonore

Vendredi 28 janvier, de 14h à 14h45
La Station – Ateliers des Capucins

Avec Véronique Bourlon (directrice de l’action culturelle) et Vianney Baudeu (responsable juridique répertoire sonore)

Vous êtes déjà auteur ou autrice d’œuvres sonores ou vous envisagez de vous lancer dans la création sonore ? La Scam propose une séance d’information sur l’ensemble des actions et des aides mises en place en votre faveur : droits d’auteur liées aux diffusions hertziennes ou en ligne, bourses d’aide à la création et Prix annuels. La présentation sera suivie d’un échange avec le public.

Table ronde : « Quel avenir pour les auteurices de podcasts ? »

Vendredi 28 janvier, de 15h15 à 16h30
Auditorium – Ateliers des Capucins

Avec Hervé Rony (directeur général de la Scam), Elizabeth Le Hot (Adjointe au directeur général des médias et des industries culturelles, Ministère de la Culture), Hervé Godechot (conseiller du CSA) et Loïc Chusseau (co-fondateur de Pop’ Média, auteur du « Plaidoyer pour un fonds des nouvelles écritures sonores » pour la Scam), animé par Matilde Meslin (Slate).

L’essor du podcast en France constitue une opportunité inédite pour la création sonore et l’émergence de nouveaux talents. Pour autant, le modèle économique et la rentabilité encore fragiles de ce secteur, ne permettent pas toujours d’assurer une rémunération suffisante à ses auteurices. Autour de cette table, quatre acteurices de l’écosystème échangeront sur ce constat et tenteront d’identifier des pistes d’amélioration possibles.

Nuit de la radio 2021 – Avoir 20 ans

Vendredi 28 janvier, de 16h45 à 18h15
Auditorium – Ateliers des Capucins

La Scam vous convie à une expérience unique d’écoute collective avec le programme sonore réalisé par Leïla Djitli : Avoir 20 ans, le temps des copains, de l’amour, de la guerre aussi, le temps qui passe… « On n’a pas tous les jours 20 ans [nous dit la chanson], ça nous arrive une fois seulement, ce jour-là passe hélas trop vite, c’est pourquoi il faut qu’on en profite… ». Alors Avoir 20 ans, est-ce le plus bel âge de la vie ?
Une plongée dans les pépites mythiques de l’histoire de la radio, piochées dans les archives de l’Ina.
Un événement Scam en partenariat avec l’Ina et Radio France.

Nuit de la radio 2021

longueur d'ondes