Les prix Albert Londres 2011 ont été remis à Tunis

Prix de la presse écrite : Emmanuel Duparcq – Agence France Presse

Agence France Presse pour ses dépêches sur les talibans, l’Afghanistan et le Pakistan (entre août 2010 et mars 2011).
Les talibans, moribonds en 2005, on aujourd’hui infiltrés les 2/3 du pays. Qui sont ces rebelles, et comment fonctionnent-ils ? Quels sont les réseaux qui leur permettent de tenir tête à une force internationale de plus de 40 pays ? Les dépêches d’Emmanuel Duparcq présentent avec talent d’autres visages de l’Afghanistan. (Aucun de ses reportages primés n’a été effectué en compagnie de forces armées).
Emmanuel Duparcq entre à l’Agence en 1999 après des études d’histoire et de journalisme. Nommé correspondant en Afghanistan en 2005, puis puis en Côte d’Ivoire en 2006, envoyé spécial en 2008 en Irak notamment, il s’installe à Islamabad en 2010.

 

Prix audiovisuel : David André pour Une peine infinie, histoire d’un condamné à mort

Les prix Albert Londres 2003 ont été remis à Paris

Prix de la presse écrite : Marion Van Renterghem – Le Monde

Pour Topeka, Kansas, Etats-Unis, la chronique de la capitale de l’Etat à l’heure de la guerre contre l’Irak. Pour ses articles publiés dans les pages Horizons du journal : les dissidents cubains, l’esclavage moderne, le cirque Grüss, les mères aveugles…
Née en 1964 à Paris, Marion Van Reterghem est grand reporter au Monde depuis 1998. Elle a commencé sa collaboration avec le journal en 1988, pigiste au Monde des livres. En 1993, durant son séjour en Hongrie pour un cabinet d’avocat, elle a écrit des articles sur l’Europe de l’Est. De 1994 à 1998, elle a été critique littéraire au Monde des livres.
Marion Van Renterghem a été élue au 4 e tour. Ont également obtenu des voix : Christophe Ayad (Libération), Luis Lema (Le Temps), Nayla Razzouk (AFP Beyrouth), Patrick Saint-Paul (Le Figaro) et Denis Lafay (Acteurs de l’économie).

 

Prix audiovisuel : Bertrand Coq et Gilles Jacquier pour Naplouse

Durant la 2e Intifada et l’opération Rempart menée par l’armée israélienne en avril 2002, un triptyque au cœur de la guerre : le début des opérations militaires, puis la guerre au cœur de la Kasbah et enfin la capitulation. Diffusé dans le journal télévisé de France 2, les 6, 7 et 9 avril 2002.
Bertrand Coq est grand reporter à France 2 depuis 1995. Il a commencé sa carrière à TF1 (1981-1987), avant d’être grand reporter à La Cinq (1988-1992). Pigiste pour Arte, La Marche du siècle… (1992-1995), il a été rédacteur en chef à l’agence CAPA (1995).
Gilles Jacquier est grand reporter à France 2 depuis 1999. Il a couvert la guerre en Irak, en Afghanistan, au Kosovo et en Israël. Il a réalisé de nombreux reportages pour Envoyé Spécial. Il a débuté à France 3 Lille en 1991, avant de passer à la rédaction nationale de France 3 en 1994.
Bertrand Coq et Gilles Jacquier ont été élus au 4 e tour. Ont également obtenu des voix : Frédéric Brunnquell pour L’Enigmatique Monsieur Wong (France 3), Damien Degueldre pour Afghanistan, la guerre pour de vrai (France 2), Vincent Nguyen et Mathieu Dreujou pour Retour au bled ( France 2).

Prix de la presse écrite : Bureau AFP Moscou Jean Raffaelli, Boris Bachorz, Marielle Eudes, Paola Messana, Catherine Triomphe, Stéphane Orjollet, Sebastian Smith, Bertrand Rosenthal et Isabelle Astigarraga.

Prix audiovisuel : Marie-Monique Robin pour Voleurs d »Yeux (Planète, M6)

Prix de la presse écrite : Jean-Paul Mari – Le Nouvel Observateur
Prix audiovisuel : Frédéric Laffont pour La guerre des nerfs

Prix de la presse écrite – Le Matin de Paris