À l’ouverture du 75e festival de cannes, nous avons demandé à nos cinq jurés de partager leurs regards sur le cinéma documentaire.
Merci à notre jury dont la sensibilité et l’œil affûté sont mis à contribution pour sélectionner le meilleur documentaire parmi les 19 films en compétition.

Agnieszka Holland, présidente du jury

Pierre Deladonchamps, comédien français

Iryna Tsilyk, réalisatrice ukrainienne

Hicham Falah, directeur général marocain du Fidadoc

Alex Vicente, critique espagnol

Galerie photos

Agnieszka Holland juré oeil d'or 2022 photo Benjamin Géminel / Hans Lucas
Agnieszka Holland - photo Benjamin Géminel / Hans Lucas

Agnieszka Holland juré oeil d'or 2022 photo Benjamin Géminel / Hans Lucas
Agnieszka Holland - photo Benjamin Géminel / Hans Lucas

Pierre Deladonchamps photo Benjamin Géminel
Pierre Deladonchamps - photo Benjamin Géminel / Hans Lucas

Pierre Deladonchamps juré oeil d'or 2022 photo Benjamin Géminel
Pierre Deladonchamps - photo Benjamin Géminel / Hans Lucas

Iryna Tsilyk juré oeil d'or 2022 photo Benjamin Géminel / Hans Lucas
Iryna Tsilyk - photo Benjamin Géminel / Hans Lucas

Iryna Tsilyk juré oeil d'or 2022 photo Benjamin Géminel / Hans Lucas
Iryna Tsilyk - photo Benjamin Géminel / Hans Lucas

Hicham Falah juré oeil d'or 2022 photo Benjamin Géminel / Hans Lucas
Hicham Falah - photo Benjamin Géminel / Hans Lucas

Hicham Falah juré oeil d'or 2022 photo Benjamin Géminel / Hans Lucas
Hicham Falah - photo Benjamin Géminel / Hans Lucas

Alex Vicente juré oeil d'or 2022 photo Benjamin Géminel / Hans Lucas
Alex Vicente - photo Benjamin Géminel / Hans Lucas

Alex Vicente juré oeil d'or 2022 photo Benjamin Géminel / Hans Lucas
Alex Vicente - photo Benjamin Géminel / Hans Lucas

Jury oeil d'or 2022
Jury 2022 - photo Benjamin Géminel / Hans Lucas

Jury de l'oeil d'or 2022
Jury 2022 - photo Benjamin Géminel / Hans Lucas

La Société civile des auteurs multimédia (« la Scam ») et Meta ont conclu un accord démontrant leur engagement commun en faveur de la culture en France, en Belgique et au Luxembourg, ainsi qu’en faveur des auteurs et autrices d’œuvres audiovisuelles.

Cet accord est le résultat d’une étroite collaboration basée sur une approche axée sur les données afin d’évaluer le répertoire de la Scam sur les plateformes de Meta.

La Scam et Meta sont convenus de continuer à collaborer à l’amélioration des outils et des ressources destinés à un large éventail de titulaires de droits de tous types.

Aujourd’hui, la Société civile des auteurs multimédia et Meta ont annoncé avoir conclu un accord qui témoigne de leur engagement commun à soutenir les auteurs d’œuvres audiovisuelles, moteurs de la création culturelle en France, en Belgique et au Luxembourg. L’accord prévoit que Meta se voit octroyer une licence concernant le répertoire de la Scam sur ses plateformes (telles que Facebook ou Instagram), illustrant ainsi l’engagement de Meta en faveur de la protection de la propriété intellectuelle et des objectifs de l’article 17 de la Directive européenne sur le droit d’auteur.

Pour parvenir à cet accord, la Scam et Meta ont travaillé en étroite collaboration en adoptant une approche axée sur les données afin d’évaluer le répertoire de la Scam sur les plateformes de Meta. Ce faisant, elles sont convenues d’un cadre conforme aux engagements des parties en matière de propriété intellectuelle, tout en respectant le modèle économique de Meta.

Grâce à cet accord, les utilisateurs en France, en Belgique et au Luxembourg pourront continuer à visionner et partager librement au sein de leurs communautés les œuvres audiovisuelles du répertoire de la Scam sur les plateformes de Meta, et les auteurs de ces œuvres seront rémunérés en conséquence.

Je salue cet accord historique dans la mesure où c’est le premier du genre dans le secteur audiovisuel en France, en Belgique et au Luxembourg, et me semble-t-il en Europe, signé à la suite de la Directive sur le droit d’auteur. Je me réjouis de constater qu’au terme de négociations approfondies, nous ayons ainsi pu défendre nos intérêts respectifs et mettre en place un cadre protecteur pour les droits de nos membres sur des réseaux sociaux de toute première importance. Ceci démontre notre capacité à nous adapter à l’évolution du secteur des médias. Et ceci est prometteur pour l’avenir et le partenariat qui démarre aujourd’hui.

Hervé Rony, directeur général de la Scam

La signature de cet accord réaffirme notre engagement sans faille à œuvrer pour protéger et soutenir la création audiovisuelle française. Il constitue une étape majeure dans l’action de longue date que nous menons aux côtés des acteurs du monde de la culture en faveur de la promotion des œuvres audiovisuelles et de la protection de la propriété intellectuelle, au service de la création de valeur pour l’écosystème culturel français.

Laurent Solly, Vice-Président Europe du Sud de Meta

Meta s’est engagé de longue date envers les titulaires de droits en créant des outils tels que Creator Studio et Rights Manager pour leur fournir des informations sur leurs contenus et leur permettre de contrôler comment, quand et où leurs contenus sont partagés sur les plateformes de Meta. En outre, la Scam et Meta sont convenus de collaborer pour améliorer les outils qui soutiennent un large éventail de titulaires de droits.

La Scam et Meta sont tous deux des participants actifs du paysage culturel français et européen et se réjouissent de la poursuite de leur partenariat pour développer un écosystème solide pour les utilisateurs et les titulaires de droits.

À propos de la Scam :

La Scam, Société civile des auteurs multimédia, rassemble 49 000 auteurs et autrices qui explorent toutes les formes du genre documentaire : audiovisuel, radio, littérature, journalisme, traduction, photographie, dessin, écritures et formes émergentes. Elle les représente auprès des pouvoirs publics, des diffuseurs, des distributeurs, des plateformes (vidéo, podcast), des producteurs et des éditeurs. Elle négocie en leur nom, collecte et répartit leurs droits d’auteur (plus de 112 millions d’euros en 2020). Elle défend leurs intérêts et mène une action culturelle ambitieuse pour la promotion de leurs œuvres. Elle organise des rencontres professionnelles, propose des bourses d’écriture et des prix et assure le financement de manifestations et organismes dédiés.

À propos de Meta :

Meta construit des technologies qui aident les gens à se connecter, à trouver des communautés et à développer des entreprises. Lorsque Facebook a été lancé en 2004, cela a changé la façon dont les gens se connectent. Des applications comme Messenger, Instagram et WhatsApp ont permis à des milliards de personnes dans le monde de s’émanciper. Aujourd’hui, Meta va au-delà des écrans 2D et s’oriente vers des expériences immersives comme la réalité augmentée et virtuelle pour aider à construire la prochaine évolution de la technologie sociale.

Rendez-vous dimanche 5 juin pour une après-midi de rencontres et de projection consacrées au grand écrivain-reporter Joseph Kessel au festival Étonnants Voyageurs. La Scam y remettra son Prix Joseph Kessel 2022.

14h : Remise du Prix Joseph Kessel 2022

Le jury est présidé cette année par Olivier Weber et composé de Tahar Ben Jelloun, Catherine Clément, Annick Cojean, Colette Fellous, Pierre Haski, Isabelle Jarry, Michèle Kahn, Pascal Ory, Guy Seligmann et Jean Rolin (lauréat 2021).

14h45 : Rencontre l’Europe des écrivains

Alors que la Russie attaquait l’Ukraine, nombreux ont été les écrivains à prendre la plume. L’Europe est le fruit d’une longue histoire faite d’affrontements et de flamboiements à travers lesquels se sont inventées des valeurs, une certaine idée de l’homme et de l’art. Nous sommes, tous, les héritiers de Rabelais, Dante, Cervantès, Shakespeare, Goethe ou Hugo.
Quel rôle la littérature joue-t-elle dans la construction de cette patrie commune ?

Débat animé par Pierre Haski en présence de Andreï Kourkov, Javier Cercas, James Meek et Olivier Weber.

16h : Projection de The distant Barking of Dogs de Simon Lereng Wilmont

Danemark – 2017 – 90′ – Final Cut for Real

Oleg, 10 ans, vit avec sa grand-mère Alexandra à Hnutove, à 2 kilomètres de la ligne de front du Donbass, où s’affrontent depuis 2014 l’armée ukrainienne et les séparatistes prorusses. ‘Nous appartenons à cette terre. Nos âmes sont enracinées dans cette maison’. Alors que le village s’est peu à peu vidé de ses habitants apeurés, Alexandra n’envisage pas d’abandonner son foyer, même si elle doit constamment occuper ses mains pour ne pas trembler.

(suite…)

Tout d’abord, la Scam tient à saluer chaleureusement Roselyne Bachelot Narquin pour son engagement et son soutien précieux à la création et aux créateurs dans un contexte inédit et difficile.

La Scam félicite aujourd’hui Madame Rima Abdul-Malak pour sa nomination rue de Valois conseillère culture et communication d’Emmanuel Macron depuis 2019, sa connaissance des questions relevant de la création culturelle et son appui en faveur du régime social et fiscal des artistes-auteurs plaident en sa faveur. Nous lui souhaitons plein succès dans son action en espérant qu’elle pourra agir sur le long terme au sein d’un ministère plus pérenne que les précédents.

Les enjeux auxquels notre secteur, dans son ensemble et dans sa diversité, doit faire face aujourd’hui sont nombreux et il existe un nombre de dossiers qui méritent une attention particulière.

En premier lieu, Mme Abdul-Malak doit être en mesure de peser sur le débat qui s’ouvre sur le financement de l’audiovisuel public après la décision précipitée et malvenue du Président de la République de supprimer la redevance sans aucune mesure pour pallier sa disparition. Le service public a besoin d’un financement stable et pérenne, sans être soumis aux aléas de la conjoncture politique. Il est impératif que la nouvelle ministre s’engage fortement au sein du nouveau gouvernement tant auprès de la Première Ministre que du Président Macron et de Bercy. Nous attendons, de toute urgence de la ministre, des garanties sur la pérennité de l’audiovisuel public, ses moyens, son indépendance. Ses premiers mots vont dans le bon sens, nous attendons des actes.

En deuxième lieu, nous comptons sur la nouvelle ministre pour poursuivre, comme elle a su le faire à l’Elysée, une action volontariste pour améliorer la protection sociale d’auteurs et d’autrices en proie à une précarisation préoccupante. La défense de justes rémunérations et le partage de la valeur, au cœur notamment des négociations avec les éditeurs, méritera toute son attention.

Enfin, nous attendons de Mme Abdul-Malak dans le droit fil du précédent quinquennat un soutien sans faille en France comme en Europe qu’il s’agisse du droit d’auteur, du financement de la création ou de la défense de la liberté d’informer et de la lutte contre les infox. Sur ce dernier point il faut développer encore davantage l’éducation aux médias qui mérite de devenir une grande cause.

contact presse :

astrid lockhart – 06 73 84 98 27 – astrid.lockhart@scam.fr

La Scam soutient le programme Frames/Résidences, à destination des vidéastes et créateurs et créatrices de contenus vidéos.

N’attendez-plus et inscrivez-vous avant le 6 juin pour participer à la résidence cette année !

La résidence Frames Explorer le réel, aura lieu du 27 juin au 1er juillet prochain à Avignon. L’appel à projets est ouvert jusqu’au 06 juin.

La résidence aura pour objectif d’accompagner la préparation et le développement de projets documentaires ou de vulgarisation, unitaire ou sériel.

Ponctuée d’ateliers, de sections de travail autour de la création (écriture, réalisation, etc.), de la production (comment financer, avec quels partenaires), et de la présentation de projet (pitch oral et vidéo) ; la résidence est aussi un moment de rencontre et d’échange entre créatrices ou créateurs émergents ou confirmés.

Les huit résidents sélectionnés seront entourés de deux mentors et d’intervenants, tous professionnels de l’audiovisuel, ainsi que des partenaires (YouTube, CNC/Talent, Guilde des Vidéastes…).

Créée en 2020, Frames/Résidences est un programme de résidences destiné à accompagner des créateurs dans le développement de leurs projets vidéos.

Le Festival Les Étoiles du documentaire est de retour à Marseille au Cinéma Vidéodrome 2. Au programme : projection de sept documentaires étoilés en 2021 en présence de leurs auteurices, une masterclass et enfin une table ronde professionnelle. Entrée libre.

Des projections seront également organisées pour les détenus du centre pénitentiaire des Baumettes (non ouvertes au public) en partenariat avec l’association Lieux Fictifs.

Jeudi 9 juin

à 17h30 et 20h30 (Vidéodrome 2) : Khamsin de Grégoire Couvert et Grégoire Orio

France – 2019 – 65′ – Stank

Liban, de nos jours. Les traces de la guerre civile sont encore prégnantes. La corruption des partis gouvernementaux se fait de plus en plus insoutenable. Les corps se soulèvent. Les mots se heurtent. Des musiciens venus de différents horizons, issus de la scène d’improvisation libre de Beyrouth, branchent leurs instruments et les font résonner de toutes parts. Au détour de sessions musicales et de discussions à cœur ouvert, le film explore un territoire en perpétuelle tension, où la musique se donne autant comme geste politique que comme dernier refuge.

Vendredi 10 juin

à 14h : Masterclass sur le travail des cinéastes Manon Ott et Grégory Cohen (De cendres et de braises). Animée par Jean Boiron-Lajous.

à 18h (Vidéodrome 2) : Invisibles, les travailleurs du clic de Julien Goetz et Henri Poulain

France – 2020 – 88′ – Story Circus

Facebook, Google, Amazon, Deliveroo, Uber Eats, Airbnb, Tinder… Ces applications rythment notre quotidien et facilitent nos existences. Elles répondent instantanément, « comme par magie », à nos besoins, nos envies, nos désirs. Jusqu’à nous faire oublier que, derrière ces applications se cachent des milliers de femmes et d’hommes qui travaillent jour et nuit à les faire fonctionner. Cette série plonge dans le quotidien de ces petites mains du numérique.

à 20h30 (Vidéodrome 2) : Ayi de Marine Ottogalli et Aël Théry

France – 2019 – 69′ – Ana Films, Alsace 20

Ayi a 50 ans, des yeux rieurs, des cheveux qui lui tombent en bas du dos. Elle vient d’une province rurale de l’est de la Chine et n’a pas le permis de résident pour travailler légalement à Shanghai. Pourtant depuis vingt ans, elle cuisine dans la rue, au cœur d’un quartier voué à une destruction imminente. Ayi et les femmes qui l’entourent bataillent pour gagner leur vie et éviter les Chengguan, la police municipale. Elle incarne le chaos d’une cité ultra-moderne qui œuvre à l’expulsion d’une population non désirée.

Samedi 11 juin à 10h

Table ronde – Le documentaire, de la plateforme à la salle, en passant par les écrans

Animée par Bénédicte Hazé avec Violaine Harchin (Les Alchimistes, société de distribution), Thomas Ordonneau (Shellac, société de distribution / production), Dominique Renauld (Noozy, plateforme VOD de la région Grand Est), Lisa Reboulleau (Tangente Distribution), Alexander Knetig (Arte, responsable des éditions numérique), Amalia Escriva (responsable territoires et création Scam).

à 18h (La Baleine) : Ne croyez surtout pas que je hurle de Frank Beauvais

France – 2018 – 75′ – Les Films du Bélier, Les Films Hatari, Studio Orlando

Bourse Brouillon d’un rêve de la Scam

Janvier 2016. L’histoire amoureuse qui l’a amené dans le village où il vit est terminée depuis six mois. À 45 ans, le cinéaste se retrouve seul depuis la rupture, en plein cœur d’une nature luxuriante dont la proximité ne suffit pas à apaiser le désarroi dans lequel il est plongé. La France, sous le choc des attentats de novembre, est en état d’urgence. Il étouffe d’une rage contenue. Perdu, il visionne quatre à cinq films par jour. Sur des plans issus de plus de 400 films, il a monté, en voix off, le récit autobiographique qui évoque ces jours sombres.

à 20h30 (Vidéodrome 2) : De cendres et de braises de Manon Ott

France – 2018 – 73′ – TS Productions, Flammes

Bourse Brouillon d’un rêve de la Scam

Portrait poétique et politique d’une banlieue ouvrière en mutation, ce film nous invite à écouter les paroles des habitants des cités des Mureaux, près de l’usine Renault-Flins. Qu’elles soient douces, révoltées ou chantées, au pied des tours de la cité, à l’entrée de l’usine ou à côté d’un feu, celles-ci nous font traverser la nuit jusqu’à ce qu’un nouveau jour se lève sur d’autres lendemains possibles.

Dimanche 12 juin

à 18h (Vidéodrome 2) : Le Temps des ouvriers de Stan Neumann et Joris Clerté

France – 2020 – 60′ – Les Films d’ici, Arte France, AB productions

Troisième épisode de la série documentaire Le Temps des ouvriers. De la fin du XIXe siècle jusqu’aux années 1930, le film explore l’évolution de la condition ouvrière en Europe. De l’apparition du travail à la chaîne à la montée du fascisme et du nazisme ; à la parole des historiens répond celle d’ouvriers d’aujourd’hui.

à 20h30 (Vidéodrome 2) : Papa s’en va de Pauline Horovitz

France – 2020 – 61′ – Squawk productions

Bourse Brouillon d’un rêve de la Scam

Pauline Horovitz filme son père depuis 2009. Dans ce nouveau chapitre doux-amer, le héros, ancien médecin « programmé » pour travailler, profite de sa retraite pour devenir acteur. En suivant les premiers pas de cette nouvelle vie émancipatrice, la fille cinéaste regarde sa créature lui échapper…

26 documentaires cette année à Cannes dont 19 films en compétition pour l’Œil d’or – Le Prix du documentaire. Une programmation riche pour le jury présidé par Agnieszka Holland et composé de Iryna Tsilyk, Pierre Deladonchamps, Alex Vicente et Hicham Falah.
Le jury de l’Œil d’or remettra son Prix le samedi 28 mai à 11h au Salon des Ambassadeurs.

Sélection officielle

Séances spéciales

All That Breathes de Shaunak Sen – India

For the Sake of Peace de Christophe Castagne et Thomas Sametin – USA, France

Jerry Lee Lewis : Trouble in Mind de Ethan Coen – USA

Mariupol 2 de Mantas Kvedaravicius – Lithuania, France, Germany

Mi País Imaginario de Patricio Guzmán – Chile, France

The Natural History of Destruction de Sergei Loznitsa – Ukraine

Riposte féministe de Marie Perennès, Simon Depardon – France

Salam de Mélanie « Diam’s », Houda Benyanima, Anne Cissé – France

Séances de minuit

Moonage Daydream de Brett Morgen – USA

Cannes classics

Gérard Philipe, le dernier hiver du Cid de Patrick Jeudy – France

Hommage d’une fille à son père de Fatou Cissé – Mali

Jane Campion, la Femme Cinéma (Jane Campion, The Cinema Woman) de Julie Bertuccelli – France

L’Ombre de Goya par Jean-Claude Carrière de José Luis Lopez-Linares – France, Spain, Portugal

Official Film of the Olympic Games Tokyo 2020 Side A Le film officiel des Jeux Olympiques de Naomi Kawase – Japan

Patrick Dewaere, mon héros (Patrick Dewaere, My Hero) d’Alexandre Moix – France

Romy, femme libre (Romy, A Free Woman) de Lucie Cariès et Clémentine Déroudille, réalisé par Lucie Cariès – France

Cinéma de la plage

Christophe… définitivement (Christophe… Definitely) d’Ange Leccia, Dominique Gonzalez-Foerster – France

Quinzaine des réalisateurs Director’s fortnight

Les Années Super 8 (The Super 8 Years) de Annie Ernaux, David Ernaux-Briot – France

De Humani Corporis Fabrica de Véréna Paravel, Lucien Castaing-Taylor – France

Hors compétition œil d’or

Atlantic Bar de Fanny Molins – France ACID

La Colline de Denis Gheerbrant, Lina Tsrimova – France, Belgium ACID

How To Save A Dead Friend de Marusya Syroechkovskaya – Sweden, Norway, France, Germany ACID

Polaris d’Ainara Vera – France, Greenland ACID

Semaine de la critique Court-métrage

Dang Wo Wang Xiang Ni De Shi Hou (Will You Look At Me / Regarde-Moi) de Shuli HUANG – China

Quinzaine des réalisateurs Director’s fortnight Courts-métrages

Aribada de Simon(e) Jaikiriuma Paetau, Natalia Escobar – Germany, Colombia

As Time Passes de Jamil McGinnis

Contacts

Presse – Florence Narozny / Mathis Elion  – florence@lebureaudeflorence.fr  – T : +33 6 86 50 24 51
Scam – Astrid Lockhart – astrid.lockhart@scam.fr – T : +33 6 73 84 98 27

Détenu depuis plus de quatre ans et demi, l’éditeur, homme d’affaires et mécène Osman Kavala, a été condamné à Istanbul, au prétexte fallacieux de fomenter des manifestations pour renverser le régime d’Erdogan, à la prison à perpétuité, sans possibilité de libération anticipée. Sept coaccusés comparaissaient libres à ses côtés. Déclarés coupables de lui avoir apporté leur soutien, ils et elles ont été condamnés à 18 ans de détention et aussitôt jetés en prison.

Mücella Yapici est architecte.
Çigdem Mater est documentariste.
Özerden, réalisatrice.
Ali Hakan Altinay, militant des droits civiques.
Can Atalay, avocat.
Tayfun Kahraman, universitaire.
Yigit Ali Emekçi est le fondateur d’une ONG.

Au regard du droit international, ils n’ont commis qu’un seul crime : défendre les libertés.

Nous tenons à leur dire notre indéfectible soutien et notre amitié.

En 2018 déjà, pour réclamer sa libération, les journalistes du Prix Albert Londres associés à la Scam avaient décidé de remettre leurs prix au Cezayir, le restaurant stambouliote d’Osman Kavala.

La Turquie d’Erdogan détient le record mondial du nombre de journalistes poursuivis et emprisonnés.

contact presse

Astrid Lockhart – 06 73 84 98 27 – astrid.lockhart@scam.fr

Les documentaires ont prouvé, dans un contexte difficile pour les salles de cinéma, qu’ils peuvent mobiliser largement le public – 620.000 entrées pour La Panthère des neiges de Marie Amiguet et Vincent Munier et 170.000 entrées pour Bigger Than Us de Flore Vasseur, en sélection au Festival de Cannes l’an dernier.

Depuis 2015, L’Œil d’or – Le Prix du documentaire met sous les projecteurs du Festival de Cannes ce genre cinématographique par lequel le 7e art est né. Il récompense un film présenté dans les sections cannoises : Sélection officielle (Compétition, Un Certain Regard, Hors compétition et Séances de Minuit, Séances Spéciales, Courts métrages, Cannes Classics), Quinzaine des Réalisateurs et Semaine de la Critique. L’Œil d’or figure désormais sur la liste officielle des prix éligibles à la catégorie long-métrage documentaire de l’Académie des Oscars. Doté de 5 000 €, L’Œil d’or – Le Prix du documentaire a été créé par la Scam à l’initiative de Julie Bertuccelli avec la complicité du Festival de Cannes et de Thierry Frémaux.

Agnieszka Holland, présidente du jury

Réalisatrice polonaise engagée, Agnieszka Holland sera la prochaine présidente du jury de L’Œil d’or – Le Prix du documentaire, qui fêtera cette année son septième anniversaire. Elle succède dans ce rôle à Ezra Edelman, (2021), Yolande Zauberman (2019), Emmanuel Finkiel (2018), Sandrine Bonnaire (2017), Gianfranco Rosi (2016) et Rithy Panh (2015).

Agnieszka Holland sera entourée d’un jury composé de quatre personnalités du 7e art pour désigner la meilleure œuvre documentaire :

Iryna Tsilyk, réalisatrice ukrainienne

Pierre Deladonchamps, comédien français

Alex Vicente, critique espagnol

Hicham Falah, directeur général marocain du Fidadoc

Le Jury 2022

Agnieszka Holland, présidente du Jury

Agnieszka Holland débute sa carrière cinématographique aux côtés de Krzysztof Zanussi et Andrzej Wajda. Son premier long métrage, Acteurs provinciaux (1978), remporte le prix international de la critique au Festival de Cannes en 1980. En 1985, elle réalise Angry Harvest nominé pour l’Oscar du meilleur film international. Son film Europa Europa (1990) est également nommé pour l’Oscar du meilleur scénario et ln Darkness (2011) a de nouveau été nommé pour l’Oscar du meilleur film international. Elle a collaboré avec son ami Krzysztof Kieslowski sur le scénario de sa trilogie Three Colours (1993). Parmi ses autres films figurent To Kill a Priest (1988), Olivier, Olivier (1992), The Secret Garden (1993), Total Eclipse (1995), Washington Square (1997), The Third Miracle (1999), Copying Beethoven (2006), Spoor (2017), Mr. Jones (2019) et Charlatan (2020). Elle a également réalisé plusieurs épisodes de nombreuses séries télévisées et écrit ou coécrit des scénarios de films réalisés par d’autres. Présidente d’honneur de la Fédération des réalisateurs européens (FERA) depuis 2019, elle a été élue présidente de l’Académie européenne du cinéma (EFA) en 2021.

(suite…)

Attribué par l’Association Pierre & Alexandra Boulat ce prix est destiné à encourager le travail des photojournalistes qui se heurtent aux difficultés économiques de leur métier.
Depuis 2015 il est doté de 8000 € par la Scam, afin de permettre à un ou une photojournaliste de réaliser un reportage inédit.

Le jury se réunira à Paris en juin. Le prix sera remis à Visa pour l’image, au Campo Santo de Perpignan, lors de la soirée du jeudi 1er septembre.

Pour toute demande d’information : annie@pierrealexandraboulat.com

Lauréats précédents : Jean Chung (2008), Margaret Crow (2009), Lizzie Sadin (2010), Maciek Nabrdalik (2012), Arnau Bach (2013), Kosuke Okahara (2014), Alfonso Moral (2015), Ferhat Bouda (2016), Romain Laurendeau (2017), Jérôme Sessini (2018), Axelle de Russé (2019), Jérôme Gence (2020), Mary F. Calvert (2021).